Publicité

Les États-Unis commencent à vacciner les enfants de plus de 12 ans contre la Covid-19

Par
USA : feu vert des autorités sanitaires pour vacciner les 12 ans et plus
USA : feu vert des autorités sanitaires pour vacciner les 12 ans et plus
© AFP - Frank Hoermann / SVEN SIMON / SVEN SIMON / dpa Picture-Alliance

Les autorités sanitaires ont donné leur accord à la vaccination à partir de 12 ans aux États-Unis. Dès ce jeudi, les enfants de cette tranche d'âge seront vaccinés dans des endroit parfois insolites. De quoi alimenter la polémique "Vacciner les enfants en bonne santé, c'est casser la courbe ou gâcher des doses ?"

Les États-Unis s'apprêtent à lancer la première campagne de vaccination d'ampleur des enfants et adolescents au monde. Joe Biden a tenu une conférence de presse, ce mercredi, pour annoncer ce qu'il a qualifié de "nouvelle prometteuse", à savoir le feu vert des autorités sanitaires (CDC) pour inoculer le vaccin Pfizer aux Américains à partir de 12 ans. Joe Biden a précisé qu'il s'agissait d'une autorisation donnée par un comité indépendant des autorités gouvernementales. 

Trois millions d'ados ont eu la Covid

Cette décision permet aux services américains de vacciner 17 millions d'enfants et d'adolescents ne présentant aucun facteur de risque. Objectif : casser la courbe et atteindre plus rapidement l'immunité collective.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

C'est un nouveau pas de géant dans notre lutte contre la pandémie", s'est exclamé Joe Biden.

Selon le président américain :

Nous savons que les enfants de 12 ans et plus peuvent attraper la Covid. Au moins trois millions d'enfants de moins de 17 ans l'ont eu. Or, ils peuvent la transmettre à leurs copains, leurs frères et sœurs, leurs parents et leurs grands-parents.

À fin mars, plus de 3,4  millions d'enfants ont été infectés, selon l'American Academy of Pediatrics. 14 000 auraient été hospitalisés et 279 sont morts.

Parcs, écoles, plages, centres aérés : on va chercher les enfants là où ils se trouvent

Dès ce jeudi, 15 000 pharmacies dans tout le pays sont prêtes à vacciner des jeunes. Pédiatres, généralistes sont également sur le pied de guerre. Mais le plus étonnant restent les lieux, parcs publics, écoles et plages, où le vaccin pourra également être administré aux ados.

Les adolescents qui voyageront cet été aux États-Unis pourront recevoir leur première dose dans un lieu, et leur deuxième dose ailleurs.

Le vaccin pour les 12 ans et plus est sûr, efficace, facile, rapide et gratuit ! Mon espoir est que les parents fassent vacciner leurs enfants. 

Les États, comtés et rectorats tentent à présent de trouver les manières les plus efficaces de rassurer les parents et d'administrer rapidement des doses. Dans certains États, les colonies de vacances, les centres aérés, les parcs et les plages deviendront des lieux de vaccination. Dans certains États comme le Delaware, la Géorgie et le Maine, les enfants ont pu être vaccinés dès lundi, jour où la Food and Drugs Administration a donné son feu vert, sans attendre l'accord des autorités sanitaires (CDC) de mercredi. 

Les écoles et pharmacies à proximité des établissements scolaires, seront également incluses dans le dispositif. Mais il ne faut pas oublier qu'environ un tiers des enfants de 13 et 14 ans (en quatrième et troisième), n'ont pas encore pu retourner en classe, leur école étant fermée. En effet, la moitié des écoles américaines n'ont pas entièrement rouvert depuis l'année dernière.

"Ne gâchez pas des doses" alertent des pédiatres

Cette annonce de campagne de vaccination des enfants à grande échelle intervient alors que certains pays ne parviennent toujours pas, faute de doses, à vacciner les personnels en première ligne ou les personnes à risques. De quoi susciter la polémique, y compris sur le territoire américain. 

D'autant que plusieurs études montrent que les enfants sont globalement épargnés par les formes graves de la maladie due à la Covid-19, et ne sont pas les principaux transmetteurs du coronavirus, contrairement à la grippe par exemple.  

Dans une tribune publiée par le Washington Post, deux pédiatres alertent les autorités et demandent de "ne pas utiliser des doses précieuses sur des enfants en bonne santé". Ils recommandent de ne pas faire de la vaccination des enfants âgés de 2 à 11 ans une priorité. 

"Notre opposition ne doit pas être mal interprétée et vue comme un manque de confiance dans le vaccin. Au contraire, les vaccins sont très efficaces. Aux USA, en Grande-Bretagne, en Israël et ailleurs, la volonté de vouloir abaisser l'âge des catégories à vacciner est grande pour que toute la population soit immunisée et c'est compréhensible. Mais rien qu'aux États-Unis, on compte 50 millions d'enfants. Pendant ce temps, les crematoriums travaillent à plein en Inde... Dans ce contexte, il est difficile de justifier l'utilisation d'un vaccin pour immuniser des jeunes en bonne santé qui présentent peu de risque". 

Un point de vue défendu par l'OMS. L'organisation mondiale de la santé a appelé vendredi les pays à renoncer à vacciner les enfants et les adolescents contre le Covid et faire don des doses ainsi libérées au système Covax, pour les redistribuer aux pays défavorisés. Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l'OMS, a souligné qu'au train où vont les choses, la deuxième année de la pandémie serait "beaucoup plus mortelle" que la première.
 

Des parents réticents

Un récent sondage effectué par la Fondation Kaiser Family montre que de nombreux parents hésitent à faire vacciner leurs ados. Même si les parents eux-mêmes se sont faits vacciner. 

À Los Angeles, les autorités imposent que toute personne de moins de 18 ans vienne accompagnée d'un parent, responsable légal et présente une pièce d'identité avec photo.

Dans le Maine, il n'est pas requis que le parent se déplace avec l'enfant s'il a préalablement donné son accord à la vaccination par téléphone.