Publicité

Les glaciers fondent de plus en plus vite, une carte inédite le prouve

Par
Des glaciers, ici dans une région chinoise
Des glaciers, ici dans une région chinoise
© AFP - Sadat / XINHUA

Une équipe de chercheurs du monde entier a analysé 500 000 images satellites prises depuis 20 ans. Leur constat est édifiant : la fonte des glaces s'accélère nettement sur la planète. Ils ont réalisé une cartographie inédite, l’analyse la plus précise jamais réalisée sur l'évolution de tous les glaciers du monde.

Depuis vingt ans, presque tous les glaciers du monde s’amincissent. Ils perdent près de 270 milliards de tonnes de glace en moyenne par an. "C'est comme si la Terre perdait chaque année l’équivalent en glace de toute la surface de la France hexagonale sur 50 à 60 centimètres d’épaisseur",  analyse Etienne Berthier, l'un des auteurs de cette étude publiée dans Nature et chercheur au CNRS à Toulouse. 

54 min

Or ce phénomène s'accélère, notamment depuis 2015. Au début des années 2000, la Terre perdait 227 milliards de tonnes de glace par an. Depuis cinq ans, on en est presque à 300 milliards de tonnes chaque année. "On voit que les glaciers perdaient 30 à 40 centimètres  d'épaisseur en moyenne chaque année au début des années 2000, détaille Etienne Berthier, or au cours des dernières années, cet amincissement annuel a atteint 60 à 70 centimètres". "C'est très significatif, ajoute-t-il, et "c'est la nouveauté de cette étude, car on a pu cartographier l'ensemble des glaciers du globe, on est donc certain de cette accélération." 

Publicité

Une accélération très forte en Alaska ou en Nouvelle-Zélande

Or tous les glaciers ne fondent pas à la même vitesse. Les chercheurs en ont analysé plus de 200 000. Ceux qui fondent le plus vite sont dans les Alpes, en Islande, et en Alaska. Cela s’explique à la fois par la hausse des températures et par la diminution des chutes de neige par endroits. Or "l'accélération de ces dernières années est surtout très forte en Alaska, à l'ouest du Canada et elle est extrêmement forte en Nouvelle-Zélande", précise Etienne Berthier. Tandis que dans les Alpes, le niveau de fonte a toujours été constant et important ces vingt dernières années.

Un exemple de la cartographie du CNRS, avec ici l'amincissement (à droite) de glaciers situés au Canada (à gauche, la même zone en image satellite)
Un exemple de la cartographie du CNRS, avec ici l'amincissement (à droite) de glaciers situés au Canada (à gauche, la même zone en image satellite)
- CNRS

Le cas de l'Islande atypique

Ce phénomène a plusieurs visages. En Islande, les glaciers perdent environ un mètre par an, un record, mais ces dix dernières années, les taux de fonte ont ralenti dans ce pays, comme sur la côte est du Groenland ou en Scandinavie. "L’Islande est la région où l'amincissement est le plus rapide mais il était encore plus fort au début des années 2000 et il s'est ralenti", constate Etienne Berthier. Car les changements dépendent aussi des précipitations sur les glaciers. "En Alaska, elles ont diminué, la fonte s'est donc accélérée, tandis qu'en Islande, la température a augmenté mais cela a en partie été compensé par l'augmentation des chutes de neige", explique le chercheur.

Des projections peu réjouissantes

Or à l’avenir, les glaciers vont continuer à fondre. Des projections existent. Et l'inertie de ce phénomène est telle que cette fonte va continuer à accélérer même si la hausse des températures parvient à se stabiliser.