Les préservatifs seront gratuits en pharmacie jusqu'à 25 ans à compter du 1er janvier 2023

Publicité

Les préservatifs seront gratuits en pharmacie jusqu'à 25 ans à compter du 1er janvier 2023

Par
Déjà remboursés sur ordonnance, des préservatifs seront bientôt accessibles aux jeunes gratuitement en pharmacie.
Déjà remboursés sur ordonnance, des préservatifs seront bientôt accessibles aux jeunes gratuitement en pharmacie.
© Maxppp - PHOTOPQR/L'YONNE REPUBLICAINE

Emmanuel Macron a annoncé vendredi que l'accès aux préservatifs serait gratuit en pharmacie pour les jeunes jusqu'à 25 ans à compter du 1er janvier. C'est une "petite révolution de prévention" a estimé le chef de l'Etat.

Emmanuel Macron a annoncé jeudi la gratuité des préservatifs pour les 18-25 ans, en pharmacie, à compter du 1er janvier 2023. Le président de la République l'a annoncé jeudi en conclusion d'une session du Conseil national de la refondation (CNR) santé dans la Vienne, à Fontaine-le-Comte, considérant qu'il s'agissait là d'une "petite révolution de prévention" contre le sida et les infections sexuellement transmissibles.

Cette gratuité en pharmacie sera même étendue aux mineurs, a précisé vendredi Emmanuel Macron. Après cette annonce, "j'ai été pris à partie par plusieurs d'entre vous sur le fait que beaucoup de nos jeunes mineurs avaient des rapports sexuels et qu'il fallait aussi qu'ils puissent se protéger, qu'ils pouvaient avoir les mêmes contraintes financières", explique-t-il dans la vidéo. "On va faire travailler les équipes pour pouvoir étendre cette mesure aux mineurs (...) Je pense que c'est une très bonne politique de prévention pour permettre à tous les jeunes de se protéger", ajoute-t-il, en reprenant le mot d'ordre "Sortez couverts".

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

"C'était inattendu, mais c'est une très bonne nouvelle", a réagi au près de France Inter la directrice générale du Sidaction, Florence Thune. "Et pour cause, sur les 5000 personnes qui ont appris leur séropositivité en 2021, 15% sont des jeunes de moins de 25 ans. C’est un chiffre qui ne baisse pas, voire qui augmente depuis quelques années."

Depuis 2018 déjà, pour tous, les préservatifs de deux marques ("EDEN" et "Sortez couverts") sont remboursés par la Sécurité sociale, mais il est nécessaire d'avoir une prescription de son médecin pour les obtenir, valable un an. La mesure pour l'instant en vigueur concerne la délivrance de boîtes de 6, 12 ou 24 préservatifs en pharmacie. Deux marques de préservatifs masculins, "Eden" et "Sortez couverts !", sont actuellement prises en charge à hauteur de 60 % par l'Assurance maladie, les 40 % restants étant couverts par les complémentaires santé pour ceux qui en disposent.

La "santé sexuelle" des jeunes, un "vrai sujet"

Plus largement, Emmanuel Macron a considéré que "sur la santé sexuelle" de jeunes, "on a un vrai sujet". Il a notamment évoqué la vaccination des adolescents - filles et garçons - contre les infections à papillomavirus, liées à l'apparition de plusieurs cancers, n'excluant pas la possibilité de rendre la vaccination obligatoire "quand tout cela sera installé et qu'on aura les bonnes recommandations" scientifiques. "C'est un énorme travail d'information. Il faut le faire rentrer à l'école, il faut nous démultiplier et on va faire cet investissement", a-t-il plaidé.

Le projet de loi de budget pour la Sécurité sociale adopté la semaine dernière prévoit par ailleurs la gratuité de la contraception d'urgence pour toutes les femmes, sans prescription médicale. Le texte a aussi rendu possible le dépistage de certaines infections sexuellement transmissibles sans ordonnance pour tous, et gratuitement pour les moins de 26 ans.

Par ailleurs, le 1er janvier de cette année, l'accès à la contraception est également facilité pour les femmes : les frais liés à la contraception (pilule, implant, stérilet et pilule du lendemain) sont intégralement pris en charge pour toutes les femmes jusqu'à 26 ans, soit trois millions d'entre elles.