Publicité

Méditerranée : cette prolifération de crabes bleus qui inquiète

Par
Le crabe bleu prolifère dans l'étang de Canet/Saint-Nazaire (Pyrénées-Orientales), à tel point que les pêcheurs ne trouvent plus d'anguilles.
Le crabe bleu prolifère dans l'étang de Canet/Saint-Nazaire (Pyrénées-Orientales), à tel point que les pêcheurs ne trouvent plus d'anguilles.
© Radio France - Suzanne Shojaei

Il y a des crises de la biodiversité. Et des espèces invasives qui dérangent ! Notamment en mer. Le crabe bleu a été vu pour la première fois en 2017 dans l'étang de Canet mais depuis il prolifère et il empêche les pêcheurs de travailler. Les scientifiques tentent de comprendre cette invasion.

Sur l'étang de Canet, non loin de Saint-Cyprien, dans les Pyrénées-Orientales, les pêcheurs d'anguille sont au chômage technique. Cette situation est inédite, le crabe bleu a envahi la lagune, il dévore les poissons.

Les pêcheurs prélèvent tout de même ces crabes envahissants, et ils ont obtenu une rémunération en échange. "C'est la seule façon de s'en débarrasser" prévient Manu Martinez, représentant des pêcheurs locaux. "Si on les freine pas, on en retrouvera en mer et ce sera la catastrophe", ajoute-t-il. Ces crabes voraces mangent tout sur leur passage, les poissons, les anguilles, "et même les canetons" !

Publicité

Arrivé par erreur en France

Ce crabe arrivé par erreur dans les cales des navires de marchandises pourrait être consommé, mais les crabes bleus ne se vendent pas vraiment. Et pour les scientifiques, comme Stéphane Hourdez, de l'observatoire océanologique du CNRS à Banuyls-sur-Mer, il n'est pas question de créer une filière marchande pour ce crabe qui nuit à certains écosystèmes. Son laboratoire vient d'ailleurs de recevoir un financement pour comprendre la prolifération de l'espèce dans la lagune.

"Ce crabe vient à l’origine de la côte Est des Etats-Unis et du Brésil", détaille-t-il, "il peut casser des huitres pour les manger, ou des moules, car il est très agressif". "Avec ce programme de recherche, on va tenter de comprendre sa biologie dans la lagune de Canet et on va voir si on proposer des stratégies pour limiter sa prolifération".

Jusqu'à 15km de chemin par jour

"On parle souvent de crises de la biodiversité", analyse-t-il, "mais quand on importe une espèce dans un écosystème, on peut en changer l‘équilibre et en perturber le fonctionnement".

Même si la menace semble localisée pour le moment aux Pyrénées-Orientales, ce crabe, dont la carapace peut atteindre les 23 cm, n'est pas seulement vorace, il voyage ! Il peut parcourir 15 km par jour et il a déjà été aperçu dans les étangs de Leucate ou de Thau. Il pourrait poursuivre son chemin dans des parcs à huîtres du Languedoc ou dans les étangs de Camargue, déjà soumis au réchauffement climatique. Les pêcheurs redoutent une catastrophe économique.