Météo France dresse le bilan de 2022 : 5 chiffres à retenir de cette année record

Publicité

Météo France dresse le bilan de 2022 : 5 chiffres à retenir de cette année record

Par
Le lac du Broc, dans les Alpes-Maritimes, le 27 juillet 2022
Le lac du Broc, dans les Alpes-Maritimes, le 27 juillet 2022
© Maxppp - PHOTOPQR/NICE MATIN

L'année 2022 n'est pas terminée, mais c'est d'ores et déjà l'année la plus chaude jamais enregistrée en France, annonce Météo France. L'institut attribue clairement ce phénomène au changement climatique.

2022 n'est pas encore terminée, mais Météo France en dresse le bilan dès cette fin novembre. "Tant cette année a été exceptionnelle", explique l'institut. Quel que soit le scénario du mois de décembre, 2022 est déjà l'année la plus chaude jamais enregistrée en France depuis le début des relevés en 1900, a indiqué Météo France mercredi à l'occasion d'une conférence de presse. Les climatologues de Météo France attribuent ce phénomène au réchauffement climatique, lui-même lié "à l’émission de nos gaz à effet de serre d’origine anthropique". France Inter fait le point sur les cinq chiffres à retenir de ce point bilan et perspectives météorologiques.

2022, année la plus chaude

Il aura fait en moyenne entre 14,2° (en cas de mois de décembre froid) et 14,6° (en cas de mois de décembre chaud) en France en 2022. Un résultat qui fait largement tomber le précédent record de 2020, qui était de 14,07°. Ces chaleurs hors normes sont de plus en plus récurrentes, puisque parmi les dix années les plus chaudes jamais enregistrées depuis 1900, 8 le sont après 2010.

Publicité

33 jours de vagues de chaleur

Autre record de 2022 : il y a eu 33 jours de vagues de chaleur. La première, entre le 15 et 19 juin, est la vague de chaleur la plus précoce jamais enregistrée. Météo France a par exemple relevé 40 °C à Saint-Jean-de-Minervois dans l'Hérault, le 16 juin. Il y en a eu deux autres en été, du 12 au 25 juillet et du 31 juillet au 13 août, mais aussi hors saison, en mai et fin octobre.

1.511 records mensuels de chaleur battus

"Il n'a jamais fait aussi chaud à Strasbourg au mois de mai" : c'est le genre de constat que l'on a régulièrement entendu ou lu cette année. Comme à Strasbourg en mai, 1.511 records mensuels de chaleur sont tombés en 2022. C'est cinq fois plus que les records de froid, d'autant plus que ces derniers ont été battus "avec un delta très faible", souligne Météo France. Par ailleurs, "tous les mois de l'année ont été plus chauds que la normale, à l'exception des mois de janvier et d'avril", ajoute Météo-France. Le mois d'octobre a été le plus chaud jamais enregistré, avec 3,5°C au dessus de la normale en moyenne.

25% de pluie en moins

Cette année, les sols ont particulièrement souffert. 2022 se classe pour le moment au troisième rang des périodes de sécheresse les plus longues en France, puisqu'elle dure depuis le mois de mars. On compte donc déjà huit mois de sécheresse, puisque 23 départements sont toujours en crise, d'après les chiffres du ministère de la Transition écologique datant du 28 novembre. Le record n'est pas encore battu : en 1989/90, le pays a enchaîné 17 mois de sécheresse et neuf en 2005.

En 2022, la pluviométrie annuelle devrait présenter en moyenne un déficit de 15 à 25 % par rapport à la normale 1991-2020, avec deux mois record en mai (déficit de 60 %) et juillet (-85 %), qui sont les plus secs depuis le début des mesures en 1959. Météo France précise que cette sécheresse s'explique par un déficit pluviométrique puis par les fortes chaleurs qui ont favorisé le phénomène d'évapotranspiration des sols.

Un scénario 7 fois plus probable dans 20 ans

Ces vagues de chaleur de l'été seraient "quasi-impossible sans changement climatique", explique Agathe Drouin, climatologue au Centre national de recherches météorologiques (CNRM). Cet été suffocant a été rendu environ "500 fois plus probable" avec le réchauffement climatique. Et il deviendra bientôt la norme, puisqu'un tel phénomène sera sept fois plus probable en 2040, d'après les projections du CNRM. Météo-France résume ainsi la situation : "Très chaude dans le climat actuel, l’année 2022 deviendra "normale" au milieu du 21e siècle".