Publicité

Michelle Perrot : "La figure féministe qui m'inspire le plus, c'est Simone de Beauvoir"

Par
Michelle Perrot © Miguel Medina / AFP | Simone de Beauvoir
Michelle Perrot © Miguel Medina / AFP | Simone de Beauvoir
© Getty

Pour les 10 ans du Haut Conseil à l’Egalité entre les Femmes et les Hommes, 7 personnalités féministes présentent une figure féministe inspirant leur propre engagement et une chanson emblématique de ces combats. Pour l'historienne Michelle Perrot, la figure incontournable reste Simone de Beauvoir.

Michelle Perrot est historienne, professeure émérite d’histoire contemporaine à l'université Paris-Diderot. D'abord intéressée par les mouvements ouvriers, elle a ensuite consacré sa carrière à l'histoire des femmes. Pionnière de cette thématique, engagée et mondialement reconnue, elle a codirigé avec Georges Duby les cinq volumes de l’Histoire des femmes en Occident (1991-1992). Son cheminement intellectuel est passé de l’engagement chrétien au féminisme en passant par le communisme. Le 18 janvier 2023 a paru son dernier livre Le Temps des féminismes (Grasset), texte intime et théorique.

Michelle Perrot, à propos de Simone de Beauvoir : "La figure féministe qui m'inspire le plus, c'est Simone de Beauvoir, à la fois par sa vie très libre et par son œuvre, et notamment 'Le Deuxième Sexe', 1949. Livre essentiel qui analyse comment les idées d'inégalité se sont mises en place et qui donne des instruments pour les combattre. Et ce texte est toujours d'une grande actualité."

Publicité

Michelle Perrot

1 min

Intellectuelle française, dont les écrits théoriques ont révolutionné le féminisme, Simone de Beauvoir (1908-1986) est philosophe, romancière et essayiste. Après une enfance plutôt studieuse et une adolescence où elle se rebelle contre sa famille, elle obtient l'agrégation de philosophie en 1929, reçue deuxième derrière Jean-Paul Sartre. C'est le début d'une longue, belle et tumultueuse relation entre les deux intellectuels. Simone de Beauvoir enseignera quelques années avant de se consacrer totalement à l'écriture.

Son livre en 3 tomes Le Deuxième Sexe publié en 1949, ouvrage encyclopédique, marque un tournant majeur dans la théorie féministe. Elle y décrit une société patriarcale, maintenant les femmes dans une position d'infériorité. Les ouvrages qu'elle écrit alternent entre essais, romans (dont Les Mandarins publié en 1954, remportant le Prix Goncourt), et récits autobiographiques (comme Mémoires d’une jeune fille rangée en 1958, La Force des choses en 1963 ou encore La Cérémonie des adieux en 1981).

Théoricienne mais aussi militante, elle a participé au Mouvement de Libération des Femmes dans les années 1970. Elle a elle-même mené une vie riche, libre et engagée, et a grandement participé aux avancées acquises pour les femmes, comme la légalisation de l'IVG en 1975.

La chanson

"Debout femmes esclaves
Et brisons nos entraves
Debout, debout, debout
"

C'est lors d'une réunion du MLF en 1971, que les féministes avec parmi elles Monique Wittig, Cathy Bernheim ou encore Hélène Rouch écrivent le texte de cet hymne. Interprété sur l'air du « Chant des marais » qui était le chant allemand des détenus politiques du camp de concentration de Börgermoor pendant la Seconde Guerre mondiale, ce chant n'a rien perdu de sa ferveur : « Levons-nous femmes esclaves / Et brisons nos entraves / Debout, debout, debout ! » est parfois repris comme slogan au cours de manifestations. » , et est régulièrement repris comme lors de Coupe du Monde féminine de football 2019.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.