Publicité

Monopalme et ondulations : le succès grandissant en France de la nage de sirène

Par
La sirène professionnelle Claire Baudet se produit dans des spectacles à l'Aquarium de Paris.
La sirène professionnelle Claire Baudet se produit dans des spectacles à l'Aquarium de Paris.
© AFP - FRANCOIS GUILLOT

À Quiberon, dans le Morbihan, Julie Niergot, maître-nageuse, vient de créer son école de sirène. La jeune femme veut partager sa passion de la nage de sirène, une tendance américaine arrivée en France il y a dix ans et qui séduit de plus en plus d'adeptes, enfants comme adultes.

"Ce qu'il faut pour faire une bonne sirène, c'est l'esprit sirène", commence Julie Niergot_. "C'est un esprit qui est décalé, bienveillant, sportif. Il faut avoir envie tout simplement de profiter de cette nage incroyable, de cette transformation et de vivre ce rêve_" La jeune femme vient de réaliser le sien : monter son école de sirène, à Quiberon (Morbihan).

Une passion

"Je suis vraiment passionnée par l'eau, et j'ai tout quitté pour venir ici, donc transmettre c'est vraiment un plaisir", raconte-t-elle. Maître-nageuse de formation, Julie Niergot a laissé l'an dernier la Suisse où elle donnait des cours de natation. C'est là, par hasard, qu**'elle a découvert la nage de sirène.** "J'ai été invitée à participer à un spectacle par une amie sirène, que j'ai rencontrée à la piscine. Après la représentation, j'ai vu la magie dans les yeux des enfants, beaucoup d'entre eux sont venus me parler. C'est ça qui m'a motivée.

Publicité

La tendance de la nage de sirène vient de Californie, où les spectacles aquatiques sont nombreux depuis une vingtaine d'années. Ils sont arrivés en France il y a une dizaine d'années, portés par Claire Baudet, la première sirène professionnelle de France. La jeune femme vit de sa passion grâce à des spectacles, notamment à l'Aquarium de Paris. 

Pour afficher ce contenu Instagram, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Monopalme

"Lors des cours de sirène, on commence par la découverte du matériel, parce qu'on a les deux pieds dans la monopalme qui est au bout de la queue de poisson", explique Julie Niergot. Pour les enfants comme pour les adultes, elle propose des cours dans la baie de Quiberon

"Il existe plusieurs axes de travail pour nager comme une sirène : l'ondulation, la respiration, ouvrir les yeux sous l'eau, faire des bulles et de petites figures."

Pour toutes et tous

Julie Niergot insiste : "C'est un vrai sport, en lien avec l'apnée, la natation synchronisée, la palme et la monopalme, la natation classique, l'assouplissement. J'ai beaucoup de jeunes femmes qui ont entre 25 et 45 ans et qui veulent faire du sport, mais pas à la salle de sport parce qu'elles sont un peu gênées. Et elle veulent du fun aussi." Pour la maître-nageuse, c'est aussi une discipline qui porte des valeurs. "Elle correspond à l'idée que je me fais du sport : c'est-à-dire pour tous et pour tous les niveaux."

Pour afficher ce contenu Instagram, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Un avis partagé par Julia Sardella, fondatrice de la première école de sirène à Marseille en 2015. Depuis six ans, elle accueille de plus en plus de passionnés dans ses cours. "Tout le monde rêve d'être une sirène dans sa vie. Il y a un côté féerique et aussi un côté sportif. On a l'impression de travailler sur le corps quasiment sans effort, alors qu'au fur et à mesure, on se rend compte que ça demande de l'effort. Ce sont des cours où l'on développe le bien-être et le travail de la respiration, donc on attire une clientèle active et sportive."

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Le chant des sirènes séduit aussi les hommes. Ceux-ci représenteraient 30 % des pratiquants, selon Kewin Mezrag, "Mermaid Kewain" (son nom de Triton) et vainqueur de la première élection de Mister Triton France en 2019.