"Ne pas pouvoir offrir de cadeaux", la crainte la plus partagée par les Français pour Noël

Publicité

"Ne pas pouvoir offrir de cadeaux", la crainte la plus partagée par les Français pour Noël

Par
De plus en plus de parents ont peur de ne pas pouvoir offrir de cadeaux à leurs proches
De plus en plus de parents ont peur de ne pas pouvoir offrir de cadeaux à leurs proches
© Maxppp - PHOTOPQR/LA PROVENCE

En cette période d'inflation, certains Français redoutent les dépenses liées aux fêtes de Noël. D'après une étude de l'Ifop, ils sont 34% à avoir peur de ne pas pouvoir offrir de cadeaux à Noël.

Quand on aime, on compte quand même. Noël, c'est la perspective de la joie des retrouvailles en famille, mais aussi de grosses dépenses. En cette période d'inflation, c'est donc une source d'inquiétude pour les familles les plus modestes. C'est ce que démontre une étude Ifop, publiée jeudi, qui se penche sur le pouvoir d'achat et les fêtes de Noël. Si les fêtes de Noël réjouissent 64% des Français, elles inquiètent 46% des répondants issues des catégories pauvres.

Les Français plus soucieux que l'an dernier à l'approche de Noël

La principale crainte : ne pas avoir les moyens de glisser un cadeau au pied du sapin. À la question "Parmi les éléments suivants, quels sont ceux que vous appréhendez le plus pendant les fêtes de Noël ?", 34% des Français répondent "le fait de ne pas ou peu pouvoir offrir des cadeaux". Parmi les parents, ce taux grimpe même à 44%, en forte augmentation, de 8 points, par rapport à 2021. La baisse de pouvoir d'achat fait que bon nombre de Français redoutent de ne pas servir un bon repas (à 21%). D'autres appréhendent de passer les fêtes seuls (à 27%), de devoir travailler (19%) ou de devoir passer du temps avec votre famille (11%).

Publicité
Source : Ifop
Source : Ifop

Autre conséquence de l'inflation, la moitié des Français comptent moins dépenser que l'an prochain pour les cadeaux. De plus en plus de parents (63%) vont réduire leurs ambitions en matière de cadeaux ou acheter d'occasion (49%). Certains vont même compter sur une aide familiale (18%) ou associative (9%, contre 6% l'an dernier). Mais signe que Noël reste une fête importante malgré la baisse du pouvoir d'achat, les Français sont prêts à rogner sur les sorties ou les vacances pour pouvoir acheter des cadeaux aux proches. Enfin cette année davantage de parents offriront à leurs enfants des objets ou vêtements utiles, qu'ils auraient acheté par ailleurs.