Ni avec Zemmour, ni avec Montebourg : avec qui Marine Le Pen va-t-elle gouverner ?

Publicité

Ni avec Zemmour, ni avec Montebourg : avec qui Marine Le Pen va-t-elle gouverner ?

Par
La candidate du Rassemblement national Marine Le Pen le 13 avril.
La candidate du Rassemblement national Marine Le Pen le 13 avril.
© AFP - Emmanuel Dunand

À une semaine et demi du second tour de la présidentielle, Marine Le Pen promet toujours, si elle est élue, de former un gouvernement d'union nationale. Mais avec qui ? Le flou demeure.

Dans sa quête de crédibilité, c'est sans conteste l'une des plus grandes faiblesses de Marine Le Pen, la pauvreté de son banc de touche. Les proches de la candidate l'admettent eux-mêmes, c'est une petite équipe qui a mené campagne. Et si la candidate affirme, bravache, qu'elle a de quoi constituer quatre ou cinq gouvernements, comme dans la  matinale de France Inter du 12 avril, les noms d'éventuels ministrables ne sont pas légions. Interviewée par Le Figaro, Marine Le Pen cite l'ex-LR Jean-Paul Garraud, Jordan Bardella ou le porte-parole du RN Franck Allisio.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Qui par exemple pour tenir Bercy ? "On a envisagé de sortir un monsieur économie, glisse un stratège, mais Marine Le Pen a finalement refusé". Seul ancien ministre de la bande, le russophile Thierry Mariani est aujourd'hui hors-jeu, au vue de ses positions pro-Poutine.

Publicité

"C'est un truc de journalistes"

Comment le RN justifie-t-il ce flou? Premier argument, "les français s'en moquent, c'est un truc de journalistes de vouloir savoir qui va gouverner" avance un cadre. Deuxièmement, la stratégie, reposant sur la rencontre entre Marine Le Pen et le peuple. "Regardez Zemmour, dit le même cadre, il a fait une campagne de ralliements, ça n'a pas marché."

Enfin, le gouvernement d'union nationale : Marine Le Pen dit en être persuadée, si elle gagne, beaucoup à droite comme à gauche la rejoindront. évoquant des rencontres avec des parlementaires LR. Il faudrait donc leur laisser de la place.

Sans Zemmour ni Montebourg

Marine Le Pen évoquait il y a quelques mois un gouvernement national d'Eric Zemmour à Arnaud Montebourg. L'image était belle mais aujourd'hui réduite au néant. Arnaud Montebourg appelant désormais à voter Emmanuel Macron. Quant à Eric Zemmour, Marine Le Pen lui a elle-même claqué la porte au nez, ainsi qu'à sa nièce Marion Maréchal.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.