Publicité

Noms, âge moyen, professions : le profil des 6293 candidats aux législatives en cinq infographies

Par
Les candidats visent une des 577 places de l'hémicycle de l'Assemblée nationale.
Les candidats visent une des 577 places de l'hémicycle de l'Assemblée nationale.
© AFP - STEPHANE DE SAKUTIN

Le ministère de l'Intérieur a publié la liste officielle des candidats aux élections législatives des 12 et 19 juin prochains. Noms, prénoms, âges, professions... France Inter a passé au crible les 6293 candidats en lice pour le premier tour.

Ils sont 6293 candidats pour 577 places sur les bancs de l'hémicycle de l'Assemblée nationale. Les 12 et 19 juin prochains, les Français sont invités à voter pour les élections législatives. Ils devront départager en moyenne 11 candidats dans chaque circonscription, selon les chiffres publiés par le ministère de l'Intérieur.

Le nombre de candidats est en baisse de 20% par rapport aux élections de 2017, lors desquelles 7882 personnes s'étaient présentées à la députation. Cela s'explique notamment par les différentes alliances organisées par les partis politiques dès le premier tour, à commencer par l'accord à gauche avec la Nupes (La France insoumise, le Parti communiste français, Europe écologie - Les Verts et le Parti socialiste).

Publicité

Si on devait dresser le portrait-robot du candidat moyen ce serait un homme, nommé Philippe Martin, âgé de 49 ans et qui travaille en tant que cadre. Pour aller plus loin, voici cinq infographies pour comprendre dans le détail qui sont les candidats.

La parité toujours pas atteinte

Il y a, cette année encore, plus d'hommes candidats que de femmes. Elles sont 2779 à tenter leur chance, soit 44,2% du total. La parité n'est toujours pas atteinte mais la part des femmes augmente de deux points de pourcentage par rapport à 2017 (42,4%) et de quatre points par rapport à 2012 (40,1%).

Cette année, les femmes sont majoritaires à l'UDI (51,3%) et, au sein de la Nupes, chez LFI (51,5%) et les écologistes (51,5%). La majorité présidentielle, le Rassemblement national, Reconquête, le PS et le PCF ont, eux, investi entre 48% et 50% de femmes. En revanche, Les Républicains présentent seulement 35,8% de femmes, moins qu'en 2017 (39,1%).

Les candidats ont entre 18 et 92 ans

Parmi les 6293 candidats, certains sont très jeunes, à peine majeurs, d'autres bien plus âgés. Ainsi, 21 candidats ont 18 ans. La plus jeune est Raphaëlle Rosa, candidate investie par Les Républicains dans la huitième circonscription de Moselle. Elle est devenue majeure le 10 avril dernier.

La candidate la plus âgée a 92 ans. Monique Peltriaux, candidate écologiste dans la troisième circonscription des Ardennes, est née le 19 décembre 1929. L'âge moyen des candidats s'élève à 49 ans, soit une petite année de plus qu'en 2017. Il y a cinq ans, les candidats les plus jeunes avaient 18 ans et la plus âgée avait 89 ans.

Les cadres sont sur-représentés

Dans sa liste, le gouvernement publie également la profession ou l'ancienne profession des candidats. Près d'un quart sont des cadres (de la fonction publique, cadre administratif et commercial d'entreprise ou anciens cadres) : ils sont 1391. On compte également 748 professeurs et professeurs des écoles et 208 élèves et étudiants. Il y a aussi 116 agriculteurs, 48 policiers et militaires, dont huit militaires du contingent, 45 chauffeurs et un religieux.

Ainsi, les cadres et professions intellectuelles supérieures sont la catégorie socio-professionnelle représentent 48% des candidats, bien plus que ce qu'ils représentent dans la population total (15%). Ils sont surreprésentés parmi les candidats de tous les principaux partis mais c'est dans la majorité (68%) et chez les Républicains (62%) que leur poids est le plus grand.

À l'inverse, les ouvriers sont 191, soit 4% des candidats, contre 19% dans la population totale.

Martin est le nom le plus courant

Comme dans la population générale française, c'est le nom de famille Martin qui est le plus représenté parmi les candidats, avec 26 occurrences, devant Thomas, Morel, Bernard et Petit.

Philippe et Isabelle sont les prénoms les plus courants

Les petits Philippe nés dans les années 1960 et 1970 avaient un prénom très courant en France. Soixante ans plus tard, ils sont donc très nombreux parmi les candidats aux législatives : 100 au total. Chez les femmes, c'est le prénom Isabelle qui revient le plus souvent.