Publicité

"NOOOOOOOOO !" : la presse italienne se déchaîne après le revers de son équipe de foot

Par
Les unes des principaux journaux sportifs d'Italie ce vendredi matin
Les unes des principaux journaux sportifs d'Italie ce vendredi matin

"L'Enfer", "Hors du monde", ou encore une équipe de d'Italie "ridiculisée", qualifiée "d'ectoplasme" pleine de "superficialité". La presse italienne se déchaine contre son équipe nationale vendredi matin, au lendemain de sa défaite contre la Macédoine du Nord qui la prive, pour la deuxième fois consécutive, de mondial.

Pour la troisième fois de leur histoire, et pour la deuxième fois consécutive, l'Italie ne s'est pas qualifiée pour la Coupe du monde de Football qui aura lieu au Qatar fin 2022. Un véritable drame national pour ce pays qui vibre pour le ballon rond, à l'image vendredi des unes et des articles de la presse italienne, au lendemain de leur défaite lors des éliminatoires face à la Macédoine du Nord (0-1).

"L'Enfer" et "L'année zéro"

Sans surprise, vendredi dans la presse sportive, en une, on retrouve des termes en majuscule. "L'ENFER", titre le Corriere dello Sport. Ses commentateurs se lâchent : "L'anagramme de 'Macédoine' est 'démoniaque'" [en italien], avant de détailler les trois défauts les plus de la Squadra, à savoir "l'égoïsme, la superficialité, la prise de risques".

Publicité

Nous sommes tombés au plus bas de notre histoire"

"Hors du monde" titre de son côté, la Gazetta dello Sport sur sa une. Sur son site, le match et le but de Aleksandar Trajkovski est résumé ainsi : "Désastre italien, farce macédonienne à la 92ème minute : nous sommes à nouveau à la porte du mondial".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour le journal, 2022 est désormais une "année zéro". On fait table rase et on reconstruit toute l'équipe. "L'heure est encore à la révolution", comme il y a quatre ans, après la première élimination du mondial face à la Suède. Les noms des joueurs qui doivent incarner la renaissance de l'équipe sont déjà donnés : Frattesi, Chiesa, Fagioli, Zaniolo ou encore Scamacca. Ils sont "l'Italie du futur".

En une de Tuttosport, le cri de désespoir des tifosis jeudi soir : "NOOOOOOOOO !". Et comme si les mots ne suffisaient pas, le journal résume en images la façon dont l'Italie a été "ridiculisée" par son adversaire, avec un diaporama de 90 clichés, dont la plupart montre des joueurs le regard abattu vers le sol et les bras se tenant la tête.

Des références à une célèbre déroute militaire italienne

"Trop de tactique, trop peu de technique. Des salaires trop élevés par rapport à leur valeur et à leur performance, peu de culture footballistique : la défaite contre la Macédoine du Nord est le Kobarid de notre sport", écrit le Corriere della Sera, avec une référence à la Bataille de Caporetto (ville de Slovénie anciennement appelée Kobarid), une déroute militaire italienne contre l'armée austro-allemande pendant la Première guerre mondiale. Le commentateur ne se prive pas non plus de mépris contre l'adversaire au passage : "Eliminé par un pays, la Macédoine du Nord, dont beaucoup d'entre nous ignoraient même l'existence."

Dans la Repubblica, les mots sont en revanche très durs contre l'équipe italienne, qualifiée "d'ectoplasme" constituée de joueurs qui "passent chacun leur temps à compter sur les autres" pour faire avancer le jeu, sauf le joueur du PSG Marco Verratti "qui malheureusement sait tout faire sauf marquer des buts".