Publicité

"Nus et culottés" : Corse, Ile de ré, les fois où Nans et Mouts ont failli abandonner

Capture écran du générique de "Nus et Culottés"
Capture écran du générique de "Nus et Culottés"
- France.TV

Cela fait dix ans que leurs voyages sont diffusés l'été sur France 5. Le principe de l’émission n'a pas changé : partir nus, depuis un coin de nature, pour voyager sans argent et faire des rencontres - le plus souvent chaleureuses. Mais parfois, cela ne fonctionne pas comme prévu.

Invités de Daniel Fiévet dans l’émission Le temps d’un bivouac, Nans et Mouts sont revenus sur les moments où ils ont failli échouer.

Une chasse à l’homme à l’île de Ré

Nans et Mouts : « Il y a eu un moment angoissant. Nous sommes autour d’une table avec deux femmes âgées. Le téléphone sonne. C'est le fils de l'une d'entre elles. Il demande : « Qui sont ces deux gars chez toi ? Dis-leur de sortir. J’arrive avec les copains, on va les faire sortir. » Le gars a l’air énervé, et il va débarquer d'ici quelques minutes. À ce moment-là, on se sent très vulnérables.

Publicité
51 min

D'habitude, quand on rencontre les gens, on dit qu’on filme pour en faire des documentaires. Ce jour-là, en difficulté, on décide de leur dire : « Euh… On ne veut du mal à personne. On travaille pour "Nus et Culottés"… Vous connaissez peut-être ?… » Et là, le plus énervé d'entre eux nous regarde : « Ah, mais oui, je vous reconnais : Allez, apéro ! » L’atmosphère s’est tout de suite détendue.

C'est la première fois, et la seule fois, où on a eu peur et qu’on a voulu arrêter un voyage. Comme c'était au début, on a eu peur que ce soit tous les jours comme ça. Ce n’aurait pas été possible à tenir. Notre mission est de faire du lien et, en même temps, de garder des distances. Cela nous semblait compliqué dans cette atmosphère. Et après avoir réfléchi, on a parlé au producteur, on s’est dit que c’était un défi à relever. Et on est repartis. »

4 min

Le tout premier épisode, en Corse

Le duo poursuit : « On avait prévu de faire du parapente pour "Nus et culottés". À notre arrivée en Corse : un vent pas possible. Cela devait durer encore plusieurs jours. On a renoncé. Mais on a réfléchi à notre intention première. Derrière le parapente, on voulait voir la Corse depuis le ciel. Nous nous sommes rendus en haut d'une falaise. On a trouvé un arbre et on s'est planté dessus. Et on a contemplé la Corse. Ce premier voyage nous a rappelé que l'important n’était pas de réaliser nos rêves, le but de notre démarche est de faire en sorte que ces voyages soient un superbe terreau de rencontres, de découvertes et d'apprentissage. »

ECOUTER | Le temps d'un bivouac avec Nans et Mouts