Publicité

"On espère que ce sera la dernière fermeture" : les grands magasins se préparent à rouvrir enfin

Par
 Le Printemps Haussmann s'apprête à rouvrir en espérant le retour rapide de la clientèle étrangère qui représente 50% du chiffre d’affaires du magasin
Le Printemps Haussmann s'apprête à rouvrir en espérant le retour rapide de la clientèle étrangère qui représente 50% du chiffre d’affaires du magasin
© Radio France - Philippe Lefebvre

À partir du 19 mai, les commerces fermés depuis plusieurs mois pourront de nouveau accueillir des clients mais en nombre limité, et sans les touristes étrangers. Les grands magasins parisiens, comme le Printemps Haussmann, veulent croire à la relance après la sortie de crise.

Dans les allées du Printemps Haussmann, à Paris, il règne comme une effervescence joyeuse. Il y a un peu plus d’une semaine que les 3 000 personnes qui travaillent ici ont été appelées à revenir dans le magasin pour préparer la réouverture, ce 19 mai. "Ce retour s’est déroulé sans difficultés", explique Nabil Kennouche, le directeur des ressources humaines du magasin, qui reconnait avec le sourire que l’enseigne a désormais l’habitude des ouvertures et fermetures liées à la crise sanitaire. "On espère que ce sera la dernière !" lance Sophie, 40 ans de Printemps au compteur. Au-delà des sourires, on perçoit aussi du soulagement. 

Romain Stiegler, le directeur artistique du magasin, reconnait avoir eu quelques sueurs froides en attendant la livraison de certains produits. "Beaucoup étaient bloqués au niveau de l’expédition ou de la livraison. Rassembler tous les produits était un véritable défi que nous avons relevé".

Publicité
Il y a un peu plus d’une semaine que les 3.000 personnes qui travaillent ici ont été appelé à revenir dans le magasin pour préparer la réouverture
Il y a un peu plus d’une semaine que les 3.000 personnes qui travaillent ici ont été appelé à revenir dans le magasin pour préparer la réouverture
© Radio France - Philippe Lefebvre

Jauge, distanciation et des quantités de gel bactéricide

Durant cette période, la majorité des vendeurs ont troqué les tenues chics de circonstance, pour des jeans et baskets bien plus confortables pour effectuer les tâches du quotidien. Ainsi, Sandra, vendeuse dans le rayon d’une grande marque de maroquinerie, passe les étagères au produit virucide et rappelle que le gel hydro alcoolique sera obligatoire pour tous les clients qui voudront toucher sa nouvelle collection de sacs à main. Une procédure qui sera la même dans tous les stands. Mais la sécurité sanitaire est à ce prix.

Les clients seront-ils au rendez-vous ? Ici tout le monde répond "oui" sans hésiter, même si ceux-ci seront moins nombreux que d’habitude. En effet, la jauge imposée par les autorités sera de 4 792 clients simultanés pour l’ensemble des trois parties du magasin, ce qui représente à peine la moitié des clients que reçoit l’enseigne en temps normal. Pas de quoi compenser les pertes accumulées depuis le premier confinement (-43% pour la seule année 2020). D’ailleurs les experts du commerce ne prévoient pas pour les grands magasins parisiens de retour au chiffre d’affaire d’avant la crise avant… 2024.

Reste à savoir si les clients seront au rendez-vous. Ici tout le monde répond sans hésiter oui même s’ils seront moins nombreux que d’habitude
Reste à savoir si les clients seront au rendez-vous. Ici tout le monde répond sans hésiter oui même s’ils seront moins nombreux que d’habitude
© Radio France - Philippe Lefebvre

Ce que l’on espère surtout ici, c’est le retour de la clientèle étrangère. Elle représente 50% du chiffre d’affaires du magasin avec notamment 25% de clientèle chinoise, une clientèle qui risque de manquer cruellement dans les prochains mois à l’un des plus vieux grands magasins de la capitale.