Publicité

"Osez Joséphine", la pétition qui plaide pour l'entrée de Joséphine Baker au Panthéon

Par
Joséphine Baker en août 1964, au milieu de sa "famille arc-en-ciel" composé d'enfants orphelins de différentes origines
Joséphine Baker en août 1964, au milieu de sa "famille arc-en-ciel" composé d'enfants orphelins de différentes origines
© Getty - .

Une pétition, sous le titre "Osez Joséphine", demande l'entrée au Panthéon de Joséphine Baker, artiste, militante, et résistante. C'est une initiative de l'essayiste Laurent Kupferman, qui y voit un symbole d'unité nationale et d'universalisme à la française.

Figure importante de la résistance, Joséphine Baker, a un parcours remarquable. Née en 1906 aux États-Unis, Josephine Baker devint rapidement une artiste, mondialement connue, des années 30 en France. Elle restera célèbre jusqu’à sa mort en 1975. Ayant obtenu la nationalité française à partir de 1937, sa vie est un combat politique. Joséphine Baker a été proche de la Licra fondée en 1928 (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme), elle en a été le porte-parole, et lorsqu'elle meurt, la France lui décerne les honneurs militaires en raison de ses actes de résistance en tant qu'agent du contre-espionnage. 

"Un symbole d’unité nationale"

C'est l'essayiste Laurent Kupferman, auteur notamment du livre "Trois minutes pour comprendre l'histoire, les fondements et les principes de la République française" (avec Jean-Louis Debré), qui a lancé cette pétition en faveur de la panthéonisation de Joséphine Baker. Cela fait longtemps qu'il plaide pour cette idée, mais à l'occasion de la fête de l'Armistice du 8 mai 45, il a relancé le débat, autour de ce projet. 

Publicité

Alors qu**'il n'y a que cinq femmes parmi "les grands hommes" (5 femmes et 75 hommes) auxquels la patrie se veut reconnaissante**, aucun artiste de spectacle vivant, et aucune personne noire ou de couleur. Laurent Kupferman défend en Joséphine Baker, "une femme libre, féministe, une résistante et une personnalité engagée contre le racisme". Pour lui, au moment où se jouent de grands débats sur le regard que les Français peuvent porter sur leur passé, sur l'attitude de la France vis-à-vis des personnes discriminées, "sa panthéonisation serait un puissant symbole d’unité nationale, d’émancipation et d’universalisme à la française". 

Pourtant Joséphine Baker n'est-elle pas l'image même de la femme glamour, de personnification de clichés réducteurs voire racistes, quand on voit les images d'elle se produisant sur scène avec une ceinture de bananes sur la taille ? "C'est toujours compliqué de regarder le passé avec les lunettes du présent et même si nous n'étions pas dans la tête de Joséphine Baker, je ne crois pas qu'elle ait voulu faire la promotion de la vision tribale africaine d'une femme. D'ailleurs, quand on la voit danser sur les images, c'est plus une forme de charleston fou qu'une danse tout à fait tribale. On est loin de l'exposition coloniale".

3 min

L'universalisme à la française

Muse des peintres cubistes, artiste libre et libertaire, Baker a donné corps à ses idéaux en créant l'orphelinat du château de Milandes en Dordogne, et en constituant ce qu'elle appelait la "famille arc-en-ciel". Pour Laurent Kupferman, "elle est une femme qui porte la maxime de Saint-Exupéry, et qui dit 'si tu es différent de moi, loin de me léser, tu m'enrichis'. C'est ça. C'est ce message d'universalisme à la française qui est le contraire du communautarisme. C'est l'amour de la différence comme facteur d'enrichissement mutuel__. Et ça, Joséphine Baker, elle le fait en pleine sincérité, en pleine conviction".

La pétition de Laurent Kupferman est adressée au Président de la République. Elle a été relayée par la Licra, et son président Mario Stasi : "cela fait plusieurs semaines que nous œuvrons pour que Joséphine Baker, au parcours si étonnant, et militante antiraciste autant en France qu'aux États-Unis, fasse son entrée au Panthéon. Lorsque je me suis entretenu avec le président de la République sur les problèmes de racisme et d'antisémitisme, j'ai évoqué cela avec lui, en accord avec les héritiers de Joséphine Baker. Elle recueille en son sein tout ce que le combat anti-raciste a de moderne". Mario Stasi ajoute qu_'"il y a aujourd'hui un courant communautariste, indigéniste, animé par la cancel culture, qui ne correspond pas à l'idéal républicain, qui lui a été magnifiquement incarné par Joséphine Baker". _

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Emmanuel Macron a déjà lancé un processus de concertation autour de l'entrée au Panthéon de l'avocate et militante Gisèle Halimi. "Elles pourraient être plusieurs à entrer au Panthéon en même temps" souligne Laurent Kupferman. 

1h 49

ALLER PLUS LOIN sur FRANCE INTER

  • Elle a tellement aimé la France, tellement remercié Dieu de lui avoir accordé la nationalité française qu’elle a toujours tâché d’honorer son pays d’adoption. ECOUTER | Le Grand Atelier fantôme de Joséphine Baker
  • Entre ici, Joséphine Baker avec ton amoureux cortège de plumes et de bananes et d’enfants adoptés et de combats contre le racisme et de courage. Car Joséphine fit partie de ce "désordre de courage" comme le disait André Malraux devant le cercueil de Jean Moulin, évoquant la résistance. ECOUTER | Entre ici Joséphine ! la chronique de François Morel 
  • Une pétition, sous le titre "Osez Joséphine", demande l'entrée au Panthéon de Joséphine Baker, artiste, militante, et résistante. C'est une initiative de l'essayiste Laurent Kupferman, qui y voit un symbole d'unité nationale et d'universalisme à la française. 
  • LIRE | "Osez Joséphine", la pétition qui plaide pour l'entrée de Joséphine Baker au Panthéon
  • A voir sur Arte, un documentaire passionnant et très émouvant sur le parcours de cette femme libre qui conquit la France des années 1920. Et sur ses relations tourmentées avec son pays natal, les États-Unis. Joséphine avait deux amours, son pays et Paris, mais le premier fut bien ingrat avec elle... ECOUTER | Joséphine Baker : première icône noire  
  • En 1939, recevant dans sa villa du Vésinet le capitaine Abtey avec qui elle allait faire équipe dans les services secrets, elle avait dit : « C’est la France qui m'a faite ce que je suis. Je suis prête, capitaine, à lui donner ma vie. » ECOUTER | La panthéonisation de Joséphine Baker  dans le Vif de l'histoire
  • Beaucoup d’observateurs ont souligné que c’était « la première femme noire » à entrer au Panthéon. Mais avant d’être une femme noire, Joséphine Baker était d’abord une femme libre, une Française libre. ECOUTER | La panthéonisation de Joséphine Baker dans l'émission En toute subjectivité
  • Catel et Bocquet, les auteurs des biographies BD remarquables d’Olympe de Gouges et de Kiki de Montparnasse signent un bel hommage à une grande artiste et à la femme libre. LIRE | Joséphine Baker, au-delà du cliché