Publicité

"Où est Rekabi ?" : le silence de la championne d'escalade iranienne qui a concouru sans voile, inquiète

Par
La grimpeuse iranienne a participé à la finale d'escalade sans son voile, une première dans sa discipline.
La grimpeuse iranienne a participé à la finale d'escalade sans son voile, une première dans sa discipline.
- Capture d'écran

Dimanche 16 octobre, la grimpeuse iranienne Elnaz Rekabi a participé à la finale d'escalade des Jeux d'Asie sans voile. Depuis ce coup d'éclat qui fait le tour du monde, ses proches assurent ne pas avoir de ses nouvelles. Sur les réseaux sociaux, la mobilisation s'organise.

Où est passé Elnaz Rekabi ? L'athlète iranienne a défié le pouvoir en place dans son pays en participant, dimanche 16 octobre, à la finale d'escalade des Jeux d'Asie, à Séoul (Corée du Sud), sans son hijab. Une première pour une femme de son pays dans sa discipline. Depuis l’instauration de la République islamique en 1979, les femmes ont l'interdiction de concourir à une compétition sportive sans porter le voile, même à l'étranger.

Un geste fort (et très risqué) de plus contre le pouvoir iranien depuis la mort de Masha Amini. Alors qu'en Iran les manifestations s'enchaînent, le silence de la grimpeuse depuis ce geste fort (et très risqué) inquiète.

Publicité

Pas de nouvelles de l'athlète depuis lundi

Elnaz Rekabi risque très gros pour cet acte de bravoure, dont l'image a fait le tour du monde. Et ses proches sont sans nouvelle d'elle depuis lundi, assure BBC Persia. Toujours selon ce média, son passeport et son téléphone ont été confisqués, l'empêchant de communiquer avec ses proches et d'alerter quiconque sur sa situation actuelle.

L'Iran tente (sans succès) de rassurer

Alors que l'inquiétude grandit depuis deux jours, l'Iran tente de rassurer, se fendant d'un tweet publié par l'ambassade d'Iran à Séoul. Il précise qu'Elnaz Rekabi doit partir de Séoul en direction de Téhéran ce mardi 18 octobre, avec le reste de son équipe. L'Ambassade assure également dans un communiqué que "l’ambassade de la République islamique d’Iran en Corée du Sud dément fermement toutes les fausses nouvelles et la désinformation concernant Elnaz Rekabi".

Mais plusieurs personnes craignent qu'à son arrivée dans le pays, elle soit directement transférée à la prison d'Evin, où sont emprisonnés de nombreux opposants au pouvoir. C'est ici que ce week-end, un énorme incendie a fait au moins dix morts et autant de blessés. Selon certains, et même s'il est difficile de savoir ce qu'il s'est passé sur place compte tenu de la situation, il s'agissait là aussi d'une protestation contre le pouvoir en place.

Dans un Tweet, l'ambassade d'Iran à Séoul assure que la sportive est partie pour Téhéran avec son équipe.
Dans un Tweet, l'ambassade d'Iran à Séoul assure que la sportive est partie pour Téhéran avec son équipe.
- Capture d'écran Twitter

Journalistes et militants retracent son parcours

S'il est impossible de savoir précisément où se trouve l'athlète actuellement, plusieurs personnes donnent quelques informations sur Twitter. C'est le cas de Iran Wire, un site indépendant fondé en 2013 par Maziar Bahari, journaliste irano-canadien aujourd'hui exilé. Selon le site qui collabore notamment avec des journalistes toujours en Iran, Elnaz Rekabi aurait été piégé par le chef de sa Fédération d'escalade. Ce dernier aurait assuré à la grimpeuse qu'il allait la faire rentrer en Iran en toute sécurité, si elle lui remettait ses papiers. Toujours selon Iran Wire, il avait en réalité l'ordre de Mohammad Khosravivafa, président du Comité olympique iranien, d'arrêter la trentenaire et de lui prendre ses papiers pour la piéger. Elnaz Rekabi n'aurait pas demandé l'asile politique puisque son mari se trouve toujours en Iran.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Sur les réseaux sociaux, la mobilisation s'amplifie

Depuis dimanche, journalistes, militants et internautes se mobilisent sur les réseaux sociaux pour que sa trace ne soit pas perdue, notamment en posant la question "où est Elnaz Rekabi ?" Ils le savent, ne plus avoir de nouvelles et ne pas savoir où elle se trouve pourrait être synonyme du pire, alors que 122 personnes sont mortes en Iran depuis le début de la mobilisation dans le pays, il y a un mois.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Plusieurs journalistes de la BBC alertent également régulièrement, sur leurs comptes Twitter personnels, de la situation dans laquelle pourrait se trouver la grimpeuse iranienne. Selon certains, l'athlète ne rentrerait finalement pas en avion avec son équipe, mais seule et plus tôt, avec de grosses "inquiétudes quant à sa sécurité" .

A LIRE -  Iran : cinq questions sur la mort de Mahsa Amini, jeune femme arrêtée par la police des mœurs

A ECOUTER  - Protestations en Iran : "Cette génération née dans les années 2000 nous a tous obligés à parler"

A ECOUTER - Emission spéciale Iran : Une révolution est-elle en cours ?