Publicité

PACA : le pari de Renaud Muselier pour contrer le Rassemblement national aux régionales

Par
Renaud Muselier lors d'une conférence de presse à Marseille, le 28 avril, au lendemain de l'officialisation de sa candidature aux régionales
Renaud Muselier lors d'une conférence de presse à Marseille, le 28 avril, au lendemain de l'officialisation de sa candidature aux régionales
© AFP - Nicolas Tucat

Le président LR sortant de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur espère le soutien de LREM pour battre le candidat du RN, Thierry Mariani, ex-membre des Républicains. Le parti d'extrême droite était arrivé en tête au premier tour des élections régionales de 2015, avant d'être battu par Christian Estrosi.

Il espère susciter "un vaste rassemblement" autour de sa candidature. Renaud Muselier, président LR sortant de la région Alpes-Provence-Côte d'Azur et candidat à sa réélection, a tendu la main à la majorité présidentielle, estimant ce jeudi qu'il était "de bon sens" que celle-ci lui apporte son soutien aux régionales du mois de juin. Alors que l'idée d'un accord avec La République en Marche au premier tour hérisse un bon nombre de responsables au sein des Républicains, le patron de la région PACA (qui dit "se retrouver politiquement dans la droite et le centre"), explique vouloir sortir "du carcan des appareils politiques", et dément donc "tout accord d'appareil". "Compte-tenu de l'enjeu, je veux fabriquer la meilleure équipe possible", martèle-t-il.

Un duel LR-RN ? 

Parmi ses adversaires, Renaud Muselier redoute particulièrement Thierry Mariani, ex-membre des Républicains et tête de liste pour le Rassemblement national, dont le sud de la France est une terre de prédilection. En 2017, au premier tour de la présidentielle, Marine Le Pen était arrivée en tête en région PACA, avec 28,17% des suffrages (contre 21% au niveau national), soit 5 points de plus qu'en 2012. Au second tour, la patronne du FN avait recueilli dans la région 44% des voix, contre 33,9% sur l'ensemble du territoire français. 

Publicité

Lors des législatives, l'extrême droite avait enregistré des résultats bien plus modestes, remportant une seule circonscription (contre deux en 2012). Maigre butin également aux municipales de 2020, malgré la réélection de David Rachline à Fréjus et la prise de Morières-lès-Avignon (Vaucluse) aux socialistes. 

Pour autant, pour ces régionales, la liste RN portée par Thierry Mariani a le vent en poupe. L'ex-ministre de Nicolas Sarkozy arriverait en tête avec 31% des voix, devant Thierry Muselier (27%), d'après les estimations de l'Ifop. Un scénario qui serait alors similaire à celui des dernières élections régionales, lors desquelles Marion Maréchal (FN) était en tête au premier tour avec 40% des voix, soit 14 points d'avance sur Christian Estrosi. Celui-ci l'avait finalement emporté, avant de laisser les rênes de la région à Renaud Muselier en mai 2017. 

Pas étonnant, dès lors, que ce dernier lorgne vers les voix LREM. Une autre étude de l'IFOP suggère en effet qu'une alliance entre Les Républicains et En Marche permettrait au tandem de devancer le Rassemblement national et rafler la mise au second tour. Demeure le risque que cette alliance avec la majorité présidentielle échaude une parti de l'électorat LR, qui pourrait alors se tourner vers Thierry Mariani.