Publicité

Patrick Balkany incarcéré dès ce lundi à la prison de Fleury-Mérogis

Par
Patrick Balkany, en mars 2020, au Palais de Justice de Paris.
Patrick Balkany, en mars 2020, au Palais de Justice de Paris.
© Maxppp - Olivier Corsan

Le placement sous bracelet électronique de l'ancien maire de Levallois-Perret et de son épouse avait été révoqué la semaine dernière après une série de manquements. Isabelle Balkany, elle, est toujours hospitalisée après sa tentative de suicide, a indiqué la procureure d'Evreux.

Retour à la case prison pour Patrick Balkany. L'ancien maire LR de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) est arrivé discrètement ce lundi en début d'après-midi à Fleury-Mérogis, dans l'Essonne. Quelques heures plus tôt, la procureure de la République d’Évreux, Dominique Puechmaille, avait annoncé son incarcération.

En raison d'une série de manquements, le placement sous bracelet électronique des époux Balkany, condamnés pour fraude fiscale, avait été révoqué la semaine dernière par la cour d'appel de Rouen. Patrick Balkany, qui a déjà passé cinq mois derrière les barreaux avant d'être libéré pour raisons de santé, était donc convoqué ce lundi matin à la gendarmerie de Vexin-sur-Epte, dans l'Eure. 

Publicité

La procureure de la République d’Evreux, lors d'un bref point presse, a précisé que Patrick Balkany "aura la possibilité de voir le service médical" au sein de cette prison. "C’est un établissement qui permet d’avoir un suivi médical 24h/24." Isabelle Balkany, quant à elle, est toujours hospitalisée après sa tentative de suicide. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

"Ils passaient leur temps à jouer avec le feu"

Dans son arrêt du 3 février, la cour d'appel de Rouen estime que les époux Balkany n'ont "jamais accepté les contraintes inhérentes à la détention à domicile sous surveillance électronique", relevant leur "attitude et propos véhéments ou ironiques, parfois outranciers voire outrageants" à l'égard du personnel de l'administration pénitentiaire ou du juge d'application des peines.  

Avant même l'installation du bracelet électronique, Isabelle Balkany avait demandé l'élargissement de ses horaires de sortie (8h à 12h la semaine et 14h à 17h le week-end) ainsi qu'une extension du périmètre de détention afin de "sortir ses trois chiens toutes les trois heures et de nourrir ses trois chats, ses moutons et ses poules" sur une propriété de plusieurs hectares. 

"Ils passaient leur temps à jouer avec le feu. À un moment donné, c'est très simple, quand on joue avec le feu, on se brûle", avait déclaré vendredi Dominique Puechmaille. La magistrate a également relevé une "absence totale d'efforts" pour apurer leur dette fiscale, objet de la condamnation" pour fraude fiscale. 

L'ancien maire de Levallois-Perret et son épouse doivent 5,3 millions d'euros au fisc, outre une somme de 766.759 euros propre à Isabelle Balkany.  Or, ils disposent de "très confortables revenus (plus de 12.000 euros par mois)" et auraient "pu faire leur choix de réduire leur train de vie actuel (...) afin de régler les sommes dues", souligne la cour d'appel.