Publicité

Perquisition chez Donald Trump : le FBI cherchait des documents classifiés sur les armes nucléaires

Par
Le Washington Post dévoie ce jeudi que le FBI cherchait des documents classifiés liés au armes nucléaires lors de la perquisition chez Donald Trump.
Le Washington Post dévoie ce jeudi que le FBI cherchait des documents classifiés liés au armes nucléaires lors de la perquisition chez Donald Trump.
- .

Le Washington Post annonce ce jeudi que les agents fédéraux cherchait des documents liés aux armes nucléaires, sans préciser s'ils ont été retrouvés. La perquisition fait suite à l'enquête sur des documents que Donald Trump aurait illégalement emportés à la fin de son mandat en 2021.

Le Washington Post assure que le FBI recherchait des documents classifiés liés aux armes nucléaires chez Donald Trump au cours de la perquisition spectaculaire menée lundi dans la résidence secondaire de l'ex-président, à Mar-a-Lago. Le quotidien n'est pas en mesure d'indiquer si ces documents ont été retrouvés ou non. L'ancien président est soupçonné d'avoir emporté avec lui, illégalement, des documents en partant de la Maison Blanche à la fin de son mandat, en janvier 2021.

"Des documents classifiés, ayant trait à des armes nucléaires, font partie des éléments recherchés par les agents du FBI au cours de la perquisition menée dans la résidence floridienne de Donald Trump", écrit le Washington Post qui s'appuie sur des sources anonymes. Ces sources n'ont pas précisé au quotidien si ces documents portaient sur les armements des Etats-Unis ou d'une autre puissance. L'inhabituelle perquisition "souligne la profonde inquiétude qui est celle de responsables gouvernementaux quant à la nature des informations" qu'ils pouvaient trouver au cours de cette eprquisition, écrit le Washington Post.

Publicité

D'autres informations du New-York Times vont dans le même sens. Le quotidien écrit que les documents recherchés sont classés "special access programs", une désignation encore plus classifiée que "top secret", généralement réservée aux opérations extrêmement sensibles menées par les États-Unis à l'étranger ".

Une perquisition "personnellement approuvé" par le ministre

Le ministre américain démocrate de la Justice Merrick Garland a affirmé jeudi avoir "personnellement approuvé" la perquisition spectaculaire du FBI. Lors d'une conférence de presse exceptionnelle, M. Garland n'a rien dévoilé des raisons et des résultats de cette opération mais il a - fait très inhabituel - annoncé avoir demandé que le mandat ayant permis la perquisition soit rendu public.

"J'ai personnellement approuvé la décision de réclamer un mandat de perquisition pour cette affaire", a déclaré M. Garland lors d'une courte intervention télévisée, dans laquelle il a également dénoncé des "attaques infondées" venues des républicains contre son ministère de la Justice et le FBI.

Dans le même temps, un homme armé a été abattu après avoir tenté de pénétrer par effraction dans les bureaux du FBI à Cincinnati. Selon plusieurs sources policières, il aurait appelé les partisans de Donald Trump sur un réseau social qu'ils affectionnent à «ne pas laisser passer ça». Lors de sa descente dans les bureaux de l'agence fédérale, il portait un gilet pare-balles et avait avec lui un pistolet à clous ainsi qu'une arme semi-automatique de type AR-15.