Publicité

Picasso, l’effervescence des formes à la Cité du Vin de Bordeaux du 15 avril au 28 août 2022

Par
Pablo-Picasso-(1881-1973)-Bacchanale musée national Picasso - Paris
Pablo-Picasso-(1881-1973)-Bacchanale musée national Picasso - Paris
- RMN-Grand Palais Adrien Didi

Une exploration originale de l’œuvre multiforme de Picasso.

L’exposition Picasso, l’effervescence des formes à la Cité du Vin de Bordeaux met en avant, pour la première fois, la place du vin et des alcools dans l’ensemble de la carrière du peintre, à travers une large variété de thématiques et de supports (peintures, dessins, céramiques, films…), où se mêlent ivresse de la vie, ivresse des sens et ivresse des formes.

Réunissant plus de quatre-vingts œuvres, grâce notamment à la participation exceptionnelle du Musée national Picasso-Paris et du Museu Picasso de Barcelona, l’exposition éclaire de façon inédite les réalisations de Pablo Picasso et révèle la créativité effervescente qui l’a animé tout au long de sa vie.

Publicité

Représentations de cafés et de buveurs, variations sur le verre et la bouteille durant l’époque cubiste, évocations saisissantes, parfois dramatiques, pétries de catholicisme ou de mythologie gréco-romaine… l’exposition rend hommage à la foisonnante production de l’artiste et à la diversité des supports qu’il a employés, au gré d’un parcours chrono-thématique en 5 sections.

Pablo-Picasso-(1881-1973)-Café-concert-du-Paralelo Musée national Picasso - Paris
Pablo-Picasso-(1881-1973)-Café-concert-du-Paralelo Musée national Picasso - Paris
- RMN-Grand Palais Mathieu Rabeau - Succession Picasso

Deux séquences originales aménagées au cœur du parcours mettent également en lumière les liens fructueux de Picasso avec les poètes (Guillaume Apollinaire ou Paul Eluard par exemple) et son travail de céramiste. L’exposition invite enfin des contemporains de Picasso comme Juan Gris ou Georges Braque et les relectures récentes d’Erró, Chéri Samba et Richard Hamilton.

La scénographie inventive de l’atelier Maciej Fiszer sublime la puissance créatrice de Picasso en proposant une véritable plongée au cœur de son travail. Des reproductions photographiques de Picasso et des repères chronologiques jalonnent ainsi le parcours pour accompagner le visiteur dans sa découverte des moments-clés de sa carrière. Des archives audiovisuelles et quelques clins d’œil à la culture populaire, notamment affiches et bouteilles, complètent le parcours.

Pablo-Picasso-(1881-1973)-Pichet-espagnol « © François Fernandez Musée Magnelli
Pablo-Picasso-(1881-1973)-Pichet-espagnol « © François Fernandez Musée Magnelli
- musée de la céramique Vallauris Succession Picasso

► Le Parcours

  • Picasso catholique : Dans sa production de jeunesse, Picasso est fortement imprégné par sa culture religieuse. Il représente à de nombreuses reprises le thème de la Cène (le dernier Repas du Christ) et de l’Eucharistie, qui associe le vin au sang du Christ. Le vin apparaît dans ses premières œuvres comme un symbole sacré, héritage catholique.
  • L’attrait du populaire : Cafés et cabarets dominent largement la production de Picasso des années 1899-1905, marquée par sa fameuse période bleue. La vie y éclate jusqu’à la violence qu’échauffe l’alcool dans des scènes mêlant la bohème artistique et le peuple, la misère et l’effervescence de la vie moderne.
  • Cubisme, l’ivresse des formes : À partir de 1906, Picasso se lance dans un mouvement de grande redéfinition des codes figuratifs : le cubisme. Le vin et tant de boissons, de la bière au rhum, du porto au Pernod et à l’Anis del Mono, en accompagnent le destin entre 1907 et 1914, faisant du verre et de la bouteille une source de métamorphoses infinies.
  • Le rendez-vous des poètes : Dès son installation au Bateau-Lavoir en 1904, Picasso a transformé cet atelier de Montmartre et les cafés alentours en « rendez-vous des poètes ». Peinture et poésie jouent et se répondent au cœur de cet atelier, dans une ivresse créatrice commune.
  • Le temps de Bacchus : Dans les années 1930, Picasso n’en finit pas d’explorer les sources antiques et de se confronter aux exploits du Minotaure et de Bacchus dans des scènes où coule le vin des dieux
  • Le potier de Vallauris : À partir de 1946, Picasso se tourne vers les ateliers de Vallauris et rajeunit, dans leurs formes comme leur décor, toute une production d’assiettes, plats, amphores ou simples bouteilles aux accents antiques ou exotiques, réinventant le vocabulaire du vin et du partage.
  • Retour d’enfance : L’ivresse propre à l’enfance, c’est l’émerveillement devant chaque chose. Picasso le sait et l’âge venant, l’enfance fait son retour dans son ultime production picturale, des années 1966-1973. Il y affronte la hantise de la mort en célébrant les forces de la vie qui eut notamment le vin pour métaphore.
Pablo-Picasso-(1881-1973)-Las-Meninas-[Infanta-Margarita-María]
Pablo-Picasso-(1881-1973)-Las-Meninas-[Infanta-Margarita-María]
- Musée Picasso Barcelone © Gasull Fotografia - Succession Picasso 2022

► Commissariat et comité scientifique 

Le commissariat de l’exposition Picasso, l’effervescence des formes est assuré par l’historien et critique d’art Stéphane Guégan, en collaboration avec la Fondation pour la culture et les civilisations du vin ainsi qu’un comité scientifique réunissant des personnalités reconnues dans leur discipline : Laurent Le Bon, Président du Centre Pompidou, ancien Président du Musée national Picasso-Paris et Emmanuel Guigon, Directeur du Museu Picasso de Barcelona

Source Cité du vin Bordeaux