Publicité

Plan pour la laïcité à l'école : Blanquer annonce quelques mesures et réaffirme sa vision

Par
Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale, le 8 juin 2021 devant l'Assemblée nationale
Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale, le 8 juin 2021 devant l'Assemblée nationale
© AFP - Ludovic MARIN

Commandé à l'Inspecteur général honoraire Jean-Pierre Obin suite à l'assassinat de Samuel Paty, ce rapport propose des mesures pour former les personnels de l'Éducation nationale aux "valeurs de la République", en décrivant un contexte conforme en tous points à la vision qu'en a le ministre de l'Éducation nationale.

Ce lundi 14 juin, Jean-Michel Blanquer a annoncé qu'il reprenait les principales mesures du rapport de Jean-Pierre Obin commandé "au lendemain de l'assassinat de Samuel Paty" (comme le souligne le communiqué de presse), et remis au mois de mai dernier. Cela inclut notamment un plan "ambitieux" sur quatre ans de formation continue pour l'ensemble des personnels, l'installation d'un référent "Laïcité et valeurs de la République" dans chaque établissement scolaire, ou la mise en place d'un socle commun sur la laïcité et aux valeurs de la République dans les formations initiales des enseignants et CPE...

Mille formateurs "issus de toutes les académies" vont bénéficier dès la rentrée 2021 d'une formation "renforcée et intensive". Les contenus précis de ces différentes formations, en revanche, restent à définir.

Publicité

Une vision de la laïcité...

Cette reprise est peu surprenante, tant le constat et les conclusions posées par le document sont en harmonie avec la vision de la laïcité et des valeurs de la République portée par le ministre depuis 2017. Il propose d'ailleurs moins des solutions concrètes qu'un nouveau rappel de cette vision, rappelée depuis plusieurs mois par plusieurs membres du gouvernement, notamment lors des débats sur le projet de loi "confortant le respect des principes de la République".

Jean-Michel Blanquer n'avait d'ailleurs pas choisi son interlocuteur par hasard : Jean-Pierre Obin, Inspecteur général honoraire mais surtout auteur d'un premier rapport sur les atteintes à la laïcité à l'école en 2004, et d'un livre "Comment on a laissé l'islamisme pénétrer dans l'école" en 2020, largement repris dans la presse de L'Express à Valeurs Actuelles en passant par Marianne. Bref, un profil bien plus en phase avec la ligne du ministère que celui des membres de l'Observatoire de la laïcité, par exemple, d'ailleurs dissous au début du mois.

...contre une vision trop "libertaire de la liberté" ?

Dès les premières pages, la description par le rapport de son "contexte" colle parfaitement aux combats de Jean-Michel Blanquer, tenant d'une laïcité dite "dure". L'auteur s'étonne que "chez beaucoup d'élèves se développe l'idée d'une laïcité coercitive voire punitive", des élèves qui "entraînent dans leur sillage" d'autres élèves, au nom de valeurs comme "l'individualisme contemporain" ou encore une "vision libertaire de la liberté". "À l'évidence nous n'avons pas su dire et faire comprendre à nos élèves combien le principe constitutionnel de laïcité était avant tout protecteur des libertés", regrette Jean-Pierre Obin. Tout en ne définissant d'ailleurs à aucun moment le concept de son côté.

S'il estime qu'on ne peut pas en chercher la cause uniquement en "pointant un doigt accusateur sur les adversaires de la laïcité et de la République", il dénonce toutefois "la confusion intellectuelle qui peut parfois régner dans les rangs de notre institution". En interrogeant des professionnels de l'éducation, Jean-Pierre Obin s'étonne ainsi de constater que parmi les "valeurs de la République", beaucoup citent "la lutte contre les discriminations", ce qui fait selon lui "le jeu de l'idéologie victimaire". Encore "plus surprenant" pour l'auteur, ils sont aussi nombreux à mettre en avant "la diversité". et l'idée de "modeler un service public à l'image de la société". "Cet objectif est évidemment absurde", balaye-t-il immédiatement, et pire encore "peu républicain", et encourageant "l'idéologie identitaire".

Jean-Pierre Obin s'alarme également de la présence sur des sites institutionnels de "documents, vidéos, bibliographies de certains promoteurs d'une nouvelle laïcité", et même "d'égéries de la mouvance 'décoloniale' qui, les uns et les autres, se répandent dans les médias en propos peu amènes pour la politique du ministre." Si l'on ne parlait pas de laïcité, on crierait presque au blasphème.

Valoriser le "courage" et la "lucidité" au lieu de la "confusion"

Pour répondre à ces menaces déjà dénoncées par Jean-Michel Blanquer, Jean-Pierre Obin propose donc différentes mesures, immédiatement reprises par le ministre. L'Inspecteur général honoraire espère qu'elle permettront de mettre fin à ce qu'il qualifie de "confusion", d'abord dans l'esprit des professionnels de l'enseignement (chez qui on devrait selon lui "valoriser les qualités de courage et de lucidité"), mais aussi dans celui des élèves.

Et de conclure : "l'alliance paradoxale que l'on observe entre une jeunesse passionnément éprise de connaissance, de tolérance et d'égalité et les pires ennemis de ces valeurs ne peut résister à l'épreuve du temps". D'ailleurs, Jean-Pierre Obin pourra étudier le phénomène sur le long terme : il a accepté de poursuivre sa mission jusqu'à la fin de l'année 2021 pour "suivre la mise en place de ce plan de formation".