Publicité

Plus on consomme de cannabis jeune, plus on risque de se retrouver au chômage adulte, selon l'Inserm

Par
A Montpellier, un homme roule un joint avec du cannabis. D'après l'Inserm, la France compte l'un des plus hauts niveaux de consommation de cannabis au monde.
A Montpellier, un homme roule un joint avec du cannabis. D'après l'Inserm, la France compte l'un des plus hauts niveaux de consommation de cannabis au monde.
© Maxppp - SYLVIE CAMBON

L’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) vient de publier le résultat d'une étude réalisée sur près de 1500 personnes durant neuf ans. Il en ressort que plus on consomme du cannabis jeune, plus les risques de connaître une ou plusieurs périodes de chômage sont élevés.

Durant neuf années, des chercheurs de l’ Inserm et de l’Institut Pierre-Louis d’épidémiologie et de santé publique, rattaché notamment à la Sorbonne, se sont penchés sur l’impact de l'expérimentation précoce du cannabis sur l'insertion dans le monde du travail, à l’âge adulte. 

Les scientifiques ont mené une étude en France sur près de 1 500 personnes et viennent de publier les résultats dans la revue Drug and Alcohol Dependence. La conclusion est la suivante : incontestablement, il y a bien "une association entre l'expérimentation précoce de la drogue, avant 16 ans, et les difficultés d’insertion professionnelle à l’âge adulte."

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour réaliser cette étude, l’Institut national de la santé et de la recherche médicale est parti de plusieurs constats. "L_a France compte l'un des plus hauts niveaux de consommation de cannabis au monde, près de 40 % des jeunes de 17 ans indiquant une consommation au cours de l’année écoulée_." 

En Europe, parmi les 17,7 millions de jeunes, âgés de 15 à 34 ans, ayant déclaré avoir consommé du cannabis au cours de l’année dernière, 56% d’entre eux étaient âgés de 15 à 24 ans. D'après l'Inserm, "des données de recherches en neurosciences, montrant des lésions spécifiques chez les adolescents consommateurs, soutiennent l’idée qu’il existerait un effet négatif direct de la consommation de cannabis sur la concentration, la motivation et, à terme, la réussite scolaire des jeunes."

Deux fois plus de risque de connaître le chômage si on consomme du cannabis avant 16 ans... 

Pour cette étude, réalisée entre 2009 et 2018, l'Inserm et la Sorbonne ont suivi précisément 1 487 jeunes. À quatre reprises au cours de cette période, les participants ont été interrogés sur l’âge de leur première consommation de cannabis et leur statut professionnel. D’autres facteurs ont également été pris en compte comme le niveau socio-économique, la situation familiale, les difficultés scolaires rencontrées au cours de  l’enfance et de l’adolescence ainsi que l’évaluation psychologique des participants.

D'après l'Inserm, "les résultats suggèrent que les personnes qui ont déclaré avoir initié leur consommation de cannabis à l’âge de 16 ans, ou avant, auraient environ deux fois plus de chances de vivre une  période de chômage à l’âge adulte", par rapport à  celles qui n'en ont jamais pris. Concernant les consommateurs de cannabis qui ont commencé à en prendre après l’âge de 16 ans, ils auraient 39 % plus de risque de rencontrer une période de chômage une fois adulte.

... et trois fois plus de risque de connaître plusieurs périodes de chômage

L'étude s'est également intéressée au nombre de périodes de chômage que peuvent connaître les consommateurs de cannabis. Si on en consomme à "un âge précoce", nous avons trois fois plus de risque de connaître non pas un mais plusieurs épisodes de chômage, par rapport à celles "qui ont déclaré ne jamais avoir expérimenté le cannabis." Si c'est après 16 ans, le risque est deux fois plus élevé. 

Au sein même du groupe des consommateurs de cannabis, l'étude fait apparaître, que "la probabilité de connaître des épisodes de chômage répétés était 92 % plus  élevée dans le groupe des consommateurs les plus jeunes, par rapport  aux consommateurs âgés de plus de 16 ans au moment de leur initiation à la drogue."

Reporter le plus tard possible les expérimentations de cannabis devrait être un objectif des politiques publiques."

Selon Maria Melchior, directrice de recherche Inserm et dernière auteure de l’étude, ces résultats démontrent "qu’en plus de la fréquence de la consommation de cannabis, l’âge de la première expérience du cannabis est associé à des conséquences néfastes non seulement sur la santé mais aussi sur la vie sociale et  économique des individus." 

Ainsi, la consommation de cannabis avant  l’âge de 16 ans "peut donc être considérée comme un marqueur de risque de chômage", analyse Maria Melchior. "Reporter le plus tard possible les expérimentations de  cannabis devrait être un objectif des politiques publiques." Après cette enquête, les chercheurs souhaitent désormais identifier les "facteurs prédictifs des trajectoires de consommation du cannabis dans le temps."

En toute subjectivité
3 min