18/09/2016, patrouilles de sécurité après la découverte de bombonnes de gaz dans une voiture garée non loin de Notre Dame de Paris
18/09/2016, patrouilles de sécurité après la découverte de bombonnes de gaz dans une voiture garée non loin de Notre Dame de Paris
18/09/2016, patrouilles de sécurité après la découverte de bombonnes de gaz dans une voiture garée non loin de Notre Dame de Paris ©Getty - Owen Franken/Corbis
18/09/2016, patrouilles de sécurité après la découverte de bombonnes de gaz dans une voiture garée non loin de Notre Dame de Paris ©Getty - Owen Franken/Corbis
18/09/2016, patrouilles de sécurité après la découverte de bombonnes de gaz dans une voiture garée non loin de Notre Dame de Paris ©Getty - Owen Franken/Corbis
Publicité
Résumé

Aujourd’hui dans Affaires Sensibles, Le terroriste est une femme, ou l’attentat raté des bonbonnes de gaz

En savoir plus

Au tout petit matin du dimanche 4 septembre 2016, une Peugeot 607 s’arrête dans une rue animée du Ve arrondissement de Paris. Nous sommes tout près de la cathédrale de Notre Dame et ce quartier, particulièrement touristique en cette fin d’été, est encore rempli de couche-tard qui font trainer la nuit. Rien d’anormal apparemment. Sauf que le véhicule est rempli de bonbonnes de gaz et de bouteille de gazole. Au bout de quelques jours d’enquête, un groupe d’individu terroriste affilié à l’Etat islamique est identifié comme étant à l’origine de cet attentat raté. La chasse à l’homme est lancée. Elle tourne court : moins de quatre jours plus tard, ce ne sont pas des hommes qu’ils arrêtent, mais des femmes, des jeunes femmes. Et à leur tête, une jeune Française de 19 ans à peine : Ines Madani. Le procès des  bonbonnes de gaz , comme on l’a appelé, ça n’est pas seulement l’histoire d’un attentat miraculeusement évité, c’est aussi et surtout un virage dans la  justice terroriste française . Et puis, pour la première fois, les femmes ne sont pas les complices, les femmes, les victimes de terroristes non. Pour la première fois devant la justice : les djihadistes, ce sont elles…

Un récit documentaire de Juliette Prouteau

Publicité

Invité :

Antoine Mégie, chercheur, spécialisé sur les enjeux de terrorisme (université de Rouen). Rapporteur scientifique de plusieurs projets de recherche sur les procès terroristes. Il est l'un des co-auteurs avec les deux journalistes de Radio France, Charlotte Piret et Florence Sturm, du livre paru à la Martinière en 2019 : Chroniques d'un procès du terrorisme : l'affaire Merah ; et en 2021, il a participé au numéro 121 de la revue "Cultures et conflits" : Les morts encombrants : du gouvernement politique des cadavres (Ed. L'Harmattan)

Discographie :

LITTLE SIMZ (+ Bibi BOURELLY) Bad to the bone (2016)

JORDAN RAKEI Mad world (2019)

LOUS AND THE YAKUZA Monsters (2022)

Références

L'équipe

Fabrice Drouelle
Fabrice Drouelle
Fabrice Drouelle
Production
Rebecca Denantes
Collaboration
Marion Le Lay
Réalisation
Christophe Barreyre
Christophe Barreyre
Christophe Barreyre
Coordination
Valentine Chédebois
Programmation musicale
Juliette Prouteau
Collaboration