20/04/1970, des secouristes après la catastrophe qui détruisit le sanatorium du Plateau d'Assy
20/04/1970, des secouristes après la catastrophe qui détruisit le sanatorium du Plateau d'Assy
20/04/1970, des secouristes après la catastrophe qui détruisit le sanatorium du Plateau d'Assy ©Getty - Hulton Archive
20/04/1970, des secouristes après la catastrophe qui détruisit le sanatorium du Plateau d'Assy ©Getty - Hulton Archive
20/04/1970, des secouristes après la catastrophe qui détruisit le sanatorium du Plateau d'Assy ©Getty - Hulton Archive
Publicité
Résumé

Aujourd’hui dans Affaires Sensibles, le récit d’une des catastrophes naturelles les plus meurtrières de l’histoire récente française et pourtant très largement oubliée : celle du sanatorium du Roc de Fiz, survenue sur le plateau d’Assy, en Haute Savoie, en 1970.

En savoir plus

Le sanatorium du Roc de Fiz accueille encore à cette époque plus de 180 enfants. Des enfants issus de familles très modestes, venus de toute la France pour respirer le bon air pur de la montagne, réputé pour ses vertus antituberculeuses. Il sera le tombeau de 56 d’entre eux, et celui de 15 adultes. Dans la nuit du 15 au 16 avril 1970, un gigantesque glissement de terrain se produit. Un déluge de neige, de terre rocailleuse, d’arbres déracinés, engloutit deux dortoirs de petits garçons et d’adolescents et le pavillon de leurs infirmières. Il faudra cinq jours et des centaines de sauveteurs à pied d’œuvre pour extraire les cadavres, prisonniers sous 15 mètres d’un agglomérat dur comme du béton.

Très vite, des voix s’élèvent pour remettre en cause la version officielle : celle d’une catastrophe imprévisible et donc inévitable. En effet, un premier glissement de terrain avait eu lieu dix jours plus tôt, ne suscitant aucune mesure préventive, aucune évacuation des bâtiments par la direction du sanatorium. Une procédure judiciaire, que beaucoup considéreront comme bâclée et visant à étouffer l’affaire et les responsabilités, suivra. Des responsabilités qui pourraient remonter 40 ans avant le drame, au moment de la construction de l’établissement. Les années passant, une chape d’oubli s’est ajoutée à celle du gravas et de la boue. Au sentiment d’injustice ressenti par beaucoup de familles, s’est ajouté la douleur de cet oubli.

Publicité

Un récit documentaire d'Héloïse Rambert

Lectures par le comédien Aurélien Labruyère

Invitée :

Perrine Lamy-Quique, écrivaine. Elle a publié en 2021 Dans leur nuit (Le Seuil, collection Fiction&Cie), ouvrage dans lequel elle exhume des archives qui éclairent la catastrophe comme jamais. Et redonne une voix à ses victimes.

Discographie :

Nick DRAKE Day is done (1970)

PORTISHEAD Mysterons (1994)

ARTHUR H La plus triste des chansons (radio edit) (2022)

Références

Programmation musicale

  • 15h39
    Mysterons
    Mysterons
    Portishead
    Mysterons
    Album Dummy (1994)
    Label GO BEAT
  • 15h49
    La plus triste des chansons (Radio edit)
    La plus triste des chansons (Radio edit)
    Arthur H
    La plus triste des chansons (Radio edit)
    Album La plus triste des chansons (Radio edit) (2022)
    Label MYSTIC RUMBA / ALLPOINTS

L'équipe

Fabrice Drouelle
Fabrice Drouelle
Fabrice Drouelle
Production
Christophe Barreyre
Christophe Barreyre
Christophe Barreyre
Coordination
Flora Bernard
Réalisation
Héloïse Rambert
Collaboration
Rebecca Denantes
Collaboration
Valentine Chédebois
Programmation musicale