Michel Fourniret sortant du tribunal de justice de Charleville-Mézières dans une voiture de police après avoir été entendu durant son procès le 21 mai 2008
Michel Fourniret sortant du tribunal de justice de Charleville-Mézières dans une voiture de police après avoir été entendu durant son procès le 21 mai 2008 ©AFP - Alain Julien
Michel Fourniret sortant du tribunal de justice de Charleville-Mézières dans une voiture de police après avoir été entendu durant son procès le 21 mai 2008 ©AFP - Alain Julien
Michel Fourniret sortant du tribunal de justice de Charleville-Mézières dans une voiture de police après avoir été entendu durant son procès le 21 mai 2008 ©AFP - Alain Julien
Publicité

A 75 ans, Michel Fourniret finira très probablement ses jours en prison ... Il se décrit lui-même comme "un être mauvais et dénué de tout sentiment humain".

,** diffusée pour la première fois le Mardi 12 Mai 2017.

Ce qui frappe chez cet homme qui a été condamné pour sept meurtres et de nombreuses agressions, c’est son absence totale de remords. Il chasse les jeunes filles qui l’obsèdent comme on chasserait du gibier ; il les piège, il les broie comme un prédateur, sans aucune émotion apparente. Elles ont pour prénom : Isabelle, Fabienne, Jeanne-Marie, Elisabeth, Natacha, Céline, Mananya… Sept jeunes filles, de douze à 22 ans. Et peut-être d’autres encore, on ne sait pas.

Avec ce tueur en série froid et calculateur, l’horreur est programmée : tout est organisé, prémédité, calculé. Lors du procès de Charleville-Mézières, en 2008, il va continuer à être odieux et tenter d’imposer sa loi. Comme il n’a rien à perdre et qu’il sait que la perpétuité est au bout du chemin, il insulte les avocats, se moque des juges, joue de sa perversité. Ses larmes, il les offre à sa fille et à la fille d’un ami. Jamais aux victimes.

Publicité

Le problème, c’est que des individus toxiques comme Michel Fourniret poussent à rendre une justice d’exception, à sortir des clous… C’est une épreuve, tant morale que judiciaire. Comment un être humain peut-il atteindre ce degré d’abjection ? Comment la société peut-elle s’en prémunir ? Pourquoi ne l’a-t-on pas repéré avant l’extrême dangerosité de cet homme, déjà arrêté et condamné dans les années 1980 ?

Pour en parler, nous recevons Jean-Philippe Deniau

A Radio France depuis 1987, d'abord reporteur dans les radios locales du groupe, et principalement à Nancy durant 13 ans. Jean-Philippe Deniau devient chroniqueur judiciaire de France Info en 2000, avant de prendre la direction du service police-justice en 2007.

Il exerce les mêmes fonctions à France Inter depuis 2009 avec Franck Cognard, Nathalie Hernandez, Corinne Audouin, Benoît Collombat et Sara Ghibaudo.

Jean-Philippe Deniau est également vice-président de l' association de la presse judiciaire.

Vidéo Ina

Dans le Soir 3 en 2004, Michel Fourniret, le "forestier des Ardennes" a avoué deux nouveaux meurtres, ceux de Céline Saison (18 ans), le 16 mai 2000 à Charleville-Mézières (Ardennes) et de Manaya Thumong (13 ans), le 5 mai 2001 à Sedan. Ces deux meurtres s’auditionnent à ceux déjà avoués.

Son

AFFAIRESSENSIBLES - Affaire Fourniret pour Affaires Sensibles - Itw de Stéphane Bourgoin

22 min

Réécoutez l'interview réalisée lors de la première diffusion de cette émission le 12 mai 2015, avec Stéphane Bourgoin.

Références bibliographiques :

  • Inavouable vérité écrit par Dahina Le Guennam (albin michel)
  • Face à Michel Fourniret écrit par Gilles Latapie (Michel Lafon)
  • Les clés de l'affaire Fourniret écrit par Jean-Maurice Arnould (Pascal Galodé Editions)
  • Le Pacte, histoire vraie des époux Fourniret écrit par Emmanuelle Maurel (Hachette Littératures)
  • Qui a tué le Dahlia noir? écrit par Stéphane Bourgoin (Ring)

Programmation musicale :

  • Epilepsy is dancing par Antony and the Johnson's (Rough Trade)
  • Say Aha par Santigold (Naive)
  • Sur un trapèze par Alain Bashung (Barclay)

L'équipe

Fabrice Drouelle
Fabrice Drouelle
Fabrice Drouelle
Production
Christophe Barreyre
Christophe Barreyre
Christophe Barreyre
Journaliste
Juliette Goux
Réalisation
Valérie Priolet
Collaboration
Fabrice Laigle
Réalisation
Jean Bulot
Autre