l'ancien député-maire d'Angoulême, Jean Michel Boucheron, extradé d'Argentine le 25 mars 1997 après cinq ans de fuite, arrive, le 2 juin, au Palais de justice de Paris
l'ancien député-maire d'Angoulême, Jean Michel Boucheron, extradé d'Argentine le 25 mars 1997 après cinq ans de fuite, arrive, le 2 juin, au Palais de justice de Paris
l'ancien député-maire d'Angoulême, Jean Michel Boucheron, extradé d'Argentine le 25 mars 1997 après cinq ans de fuite, arrive, le 2 juin, au Palais de justice de Paris ©AFP - Jack Guez
l'ancien député-maire d'Angoulême, Jean Michel Boucheron, extradé d'Argentine le 25 mars 1997 après cinq ans de fuite, arrive, le 2 juin, au Palais de justice de Paris ©AFP - Jack Guez
l'ancien député-maire d'Angoulême, Jean Michel Boucheron, extradé d'Argentine le 25 mars 1997 après cinq ans de fuite, arrive, le 2 juin, au Palais de justice de Paris ©AFP - Jack Guez
Publicité
Résumé

Aujourd’hui dans Affaires Sensibles, l’un des scandales politiques français les plus retentissants des années 90 : l’affaire Jean-Michel Boucheron, du nom de ce maire flambeur qui a ruiné sa ville et laissé derrière lui un trou de 164 millions de F, avant de prendre la fuite et de finir chef cuisinier en Argentine !

En savoir plus

Pourtant rien ne destinait cet instituteur de province à devenir un fugitif recherché par Interpol. Élu maire d'Angoulême en 1977, puis député de Charente à l'âge de trente ans, il devient rapidement l’une des figures montantes du Parti socialiste. Sympathique, inventif et audacieux, il séduit sans peine ses administrés. Seulement voilà : côté gestion, Boucheron n’est pas un as et l’argent se met à lui brûler les doigts. C’est l'époque de la folie des grandeurs à Angoulême, financée par des petits arrangements entre amis d’abord puis par des montages financiers plus élaborés. Dix années pendant lesquelles Boucheron mène une vie de palace, aux frais des contribuables. Une véritable épopée balzacienne, révélée au grand jour grâce à l'opiniâtreté d'un simple citoyen : Marcel Dominici, un patriote ardent à la pugnacité rare qui, découvre dès 1983 le gaspillage puis la corruption qui gangrène le pouvoir municipal à Angoulême et dans tout l’Hexagone. L’affaire Boucheron, un scandale qui incarne à lui seul toutes les dérives d’une classe politique qui s’oublie au contact de l'argent et de ces élus locaux incapables de résister aux tentations de la décentralisation. Un épisode qui marque un réel tournant dans la vie politique française et qui voit pour la première fois des élus de la République traînés devant les tribunaux et envoyés derrière les barreaux. 

Un récit documentaire de Bettina Lioret 

Publicité

Invité : 

L'historien Jean Garrigues, auteur des Scandales de la République. De Panama à l'affaire Benalla, en poche chez Nouveaux Monde Editions (2019) ; et  co-auteur avec notamment Yvonnick Denoël d'une Histoire secrète de la corruption sous la Vème République, chez le même éditeur (2016) 

Pour aller + loin : 

Main basse sur Angoulême, les scandales Boucheron, de Marcel Dominici (en collaboration avec Jean-Moïse Braitberg) aux éditions Olivier Laurens (1997, épuisé) 

Programmation musicale : 

  • PET SHOP BOYS : Nothing has been proved (2018)
  • NIAGARA : Quand la ville dort (1986)
  • Véronique SANSON : Les princes des villes (1999)
Références

L'équipe

Fabrice Drouelle
Fabrice Drouelle
Fabrice Drouelle
Production
Christophe Barreyre
Christophe Barreyre
Fabrice Drouelle
Fabrice Drouelle
Khoi Nguyen
Réalisation