France Inter
France Inter
Publicité
En savoir plus
Mitterrand et Dumas au sommet de Maastricht, décembre 1991
Mitterrand et Dumas au sommet de Maastricht, décembre 1991
© Alain Nogues/Sygma/Corbis

Aujourd’hui dans Affaires sensibles, le référendum pour le Traité de Maastricht.

Début 1992, le traité est signé. Les douze États membres se trouvent alors confrontés à un choix crucial : faut-il passer par les Parlements, largement acquis à la cause européenne, ou par le référendum, par nature plus risquée ?Le non étant prétexte à toutes les oppositions, en premier lieu au chef de l’Etat… Le oui supposant une adhésion pleine et entière. Mais le référendum reste la seule manière de rendre le traité légitime et donner un nouvel élan à la construction européenne.

Publicité

Sur les douze pays que compte la Communauté Économique Européenne d’alors, trois seulement vont faire ce pari : l’Irlande, le Danemark et, à la surprise générale, la France.

S’ensuit un débat politique intense : les avocats du non sont de tous les bords, Philippe de Villiers, Jean-Pierre Chevènement, mais aussi Philippe Seguin qui, aux côtés de Charles Pasqua, va particulièrement s’illustrer dans cette campagne. Face à eux, Jacques Chirac, Valéry Giscard d’Estaing et la majorité du parti socialiste. François Mitterrand, l’un des grands promoteurs du traité s’engage à fond et vient le défendre au cours d’une grande émission de télévision présentée par Guillaume Durand : ce sera le point culminant du débat.

Le 20 septembre 1992, le traité est accepté de justesse : le oui l’emporte par 51,04% des voix.

24 ans plus tard, l’Union européenne est plus que jamais fragilisée : possible sortie de la Grèce et de la Grande-Bretagne, crise des migrants, montée des populismes, chômage de masse qui persiste.

Autrement dit, pourquoi l’Europe, présentée en 1992 par les tenants du traité de Maastricht comme LA solution, est-elle devenue pour es peuples qu’elle fédère, LE problème ?

Invité

Une question en forme de désillusion sur laquelle nous allons réfléchir également après le récit avec notre invité : Jean Quatremer, journaliste à Libération, notre partenaire, spécialiste des questions européennes.

Une archive INA

Une émission à suivre, commenter et partager sur Facebook .

Les liens

Affaires sensibles : découvrez l'appli
Affaires sensibles, une collection d'histoires vraies à lire sur votre mobile

Références

L'équipe

Fabrice Drouelle
Fabrice Drouelle
Fabrice Drouelle
Production
Christophe Barreyre
Christophe Barreyre
Juliette Goux
Réalisation
Murielle Perez
Programmation musicale
Simon Maisonobe
Collaboration
Fabrice Laigle
Réalisation
Anaëlle Verzaux
Journaliste
Jean Bulot
Collaboration
Valérie Bour
Collaboration
Adrien Carat
Collaboration