Les généraux Raoul Salan (bras levés), Jacques Massu et Edmond Jouhaud saluent la foule depuis le balcon du gouvernement général d'Alger le 15 mai 1958, en présence de l'ancien gouverneur général Jacques Soustelle.
Les généraux Raoul Salan (bras levés), Jacques Massu et Edmond Jouhaud saluent la foule depuis le balcon du gouvernement général d'Alger le 15 mai 1958, en présence de l'ancien gouverneur général Jacques Soustelle.
Les généraux Raoul Salan (bras levés), Jacques Massu et Edmond Jouhaud saluent la foule depuis le balcon du gouvernement général d'Alger le 15 mai 1958, en présence de l'ancien gouverneur général Jacques Soustelle.  ©AFP - AFP
Les généraux Raoul Salan (bras levés), Jacques Massu et Edmond Jouhaud saluent la foule depuis le balcon du gouvernement général d'Alger le 15 mai 1958, en présence de l'ancien gouverneur général Jacques Soustelle. ©AFP - AFP
Les généraux Raoul Salan (bras levés), Jacques Massu et Edmond Jouhaud saluent la foule depuis le balcon du gouvernement général d'Alger le 15 mai 1958, en présence de l'ancien gouverneur général Jacques Soustelle. ©AFP - AFP
Publicité
Résumé

La IVe République est morte il y a 60 ans, pour certains de son inaptitude à vivre dans un pays en guerre; assassinée pour d’autres par des conjurés qui voulaient sa perte pour sauver l’Algérie Française. Invité Michel Winock, professeur émérite en histoire contemporaine à Science Po.

avec :

Michel Winock (Historien).

En savoir plus

Raconter la fin de cette République, c’est évoquer le retour d’un homme, celui de Charles de Gaulle. Opposé au régime parlementaire de la 4 e qu'il appelait, méprisant, la République des partis, il a eu sa peau, après 12 ans de traversée du désert.

Selon la légende le général était revenu en toute légalité, tel un homme providentiel pour sauver une nouvelle fois la France d'un grand péril. La vérité est que la providence s’organise, telle une toile que l’on tisse à plusieurs mains. 

Publicité

Tout s’est déroulé en un peu plus de trois semaines, du 13 mai 1958 au 1er juin. Trois semaines, où diverses conjurations se sont entrecroisées pour donner à cette République son coup fatal. Trois semaines où, des bancs de l’Assemblée Nationale à Paris jusqu'au balcon du gouvernement général d’Alger, les militaires ont envahi le champ politique pour changer l’histoire de notre pays. Trois semaines pendant lesquelles les Français de Métropole furent des témoins souvent passifs des événements qui se déroulaient en Algérie, ce département français où depuis quatre années une partie de la population colonisée algérienne se battait pour obtenir son indépendance. 

Invité Michel Winock 

Ce basculement dans notre histoire et ses secrets, nous l’aborderons, après le récit, avec l’historien Michel Winock. Professeur émérite en histoire contemporaine à Science Po, auteur notamment de L’Agonie de la IVe Républiqueet de La République se meurt, son carnet des souvenirs de ses 20 ans dans cette France à la croisée des chemins. 

►►►ET AUSSI | Affaires sensibles : découvrez l'appli Affaires sensibles, une collection d'histoires vraies à lire sur votre mobile.

Ressources:

Programmation musicale:

  • Boris VIAN : La java des bombes atomiques
  • Ella FITZGERALD/Louis ARMSTRONG : Summertime
  • DELGRES : Mr président 
Références

L'équipe

Fabrice Drouelle
Fabrice Drouelle
Fabrice Drouelle
Production
Christophe Barreyre
Christophe Barreyre
Valérie Priolet
Collaboration
David Jacubowiez
Réalisation