Les restes de la tente telle que les sauveteurs l'ont trouvée le 26 février 1959. Elle avait été ouverte de l'intérieur, et les skieurs avaient fui en chaussettes ou pieds nus.
Les restes de la tente telle que les sauveteurs l'ont trouvée le 26 février 1959. Elle avait été ouverte de l'intérieur, et les skieurs avaient fui en chaussettes ou pieds nus.
Les restes de la tente telle que les sauveteurs l'ont trouvée le 26 février 1959. Elle avait été ouverte de l'intérieur, et les skieurs avaient fui en chaussettes ou pieds nus. - anonyme @wikimedia
Les restes de la tente telle que les sauveteurs l'ont trouvée le 26 février 1959. Elle avait été ouverte de l'intérieur, et les skieurs avaient fui en chaussettes ou pieds nus. - anonyme @wikimedia
Les restes de la tente telle que les sauveteurs l'ont trouvée le 26 février 1959. Elle avait été ouverte de l'intérieur, et les skieurs avaient fui en chaussettes ou pieds nus. - anonyme @wikimedia
Publicité
Résumé

C’est l’histoire d’un incroyable fait divers qui hante la Russie depuis plus d’un demi-siècle : le mystère des disparus du col Dyatlov. Les faits remontent au mois de février 1959. Cet hiver-là, 9 étudiants soviétiques meurent dans d’étranges et atroces circonstances lors d’un bivouac au pied d’une montagne de l’Oural.

En savoir plus

De ce qui s’est passé cette nuit-là, on ne sait aujourd’hui encore pas grand-chose, sinon que les 9 jeunes semblent avoir été surpris dans leur sommeil par quelque chose ou peut-être par quelqu’un. Pris de terreur et de panique, ils ont tout fait pour s’enfuir de leur campement ! Leurs corps seront retrouvés quelques semaines plus tard – éparpillés et ensevelis dans la neige en lisière d’un bois à plus d’un kilomètre de là. Certains parmi eux sont nus. D’autres ont les mains brûlées ou le thorax fracturé. D’autres encore ont une couleur de peau très étrange. Mais le plus terrifiant pour les sauveteurs, ce sont les visages des neuf victimes – gelés et immortalisés par la glace – qui traduisent l’effroi et la peur ! 

L’enquête – faute d’indices et de témoignages – est rapidement classée sans suite. Les neufs randonneurs sont déclarés morts « d’une force inconnue mystérieuse ». Le rapport de la police ainsi que toutes les pièces du dossier sont archivés par les militaires. Quant à la zone de la tragédie, elle devient « zone interdite ».

Publicité

Dès lors, de nombreuses hypothèses et rumeurs vont circuler pour tenter d’expliquer la raison de la mort des 9 alpinistes. Ont-ils été attaqués par une tribu locale ou par des prisonniers en fuite ? Ont-ils été la cible d’une expérience militaire nucléaire ultrasecrète ? S’agit-il de l’œuvre d’un animal ou même d’une autre créature ? Ou bien s’agit-il peut-être d’une avalanche, voire d’une mise en scène ?

Un récit documentaire d'Adrien Carat 

Invité : 

Johan Gaume, chercheur, professeur associé et chef de laboratoire de recherche à l’école Polytechnique de Lausanne. Il est l’auteur – avec son confrère Alexander Purzrin – d’un article passionnant consacré à cette affaire et dans lequel il évoque le scénario possible du drame. La publication de Johan Gaume et Alexander Puzrin est à retrouver dans la revue américaine Nature et aussi sur la page de l'Ecole Polytechnique de Lausanne

A lire : 

Le mystère Dyatlov, d'Anna Matveeva, paru en 2015 aux Presses de la Cité

Programmation musicale : 

  • DIONYSOS : Neige (2009)
  • ANGUS & JULIA STONE : Snow (2017)
  • MOLCHAT DOMA : Sudno (boris rizhy)
Références

Programmation musicale

L'équipe

Fabrice Drouelle
Fabrice Drouelle
Fabrice Drouelle
Production
Christophe Barreyre
Christophe Barreyre
Fabrice Drouelle
Fabrice Drouelle