Bruno Latour en 1995
Bruno Latour en 1995 ©Getty - Louis MONIER / Gamma-Rapho
Bruno Latour en 1995 ©Getty - Louis MONIER / Gamma-Rapho
Bruno Latour en 1995 ©Getty - Louis MONIER / Gamma-Rapho
Publicité

Bruno Latour : "Jusqu'ici les ères faisaient des centaines de millions d'années. Là, les périodes se rétrécissent. Sur l'anthropocène (un concept de géologue), jusqu'ici l'homme transformait son milieu, mais de façon superficielle : les paysages, les écosystèmes.

Avec

Extraits de l'émission

La grande accélération des effets de l'action humaine

Bruno Latour : L'empreinte des humains sur terre était négligeable entre 1947, et brusquement, elle s'est accrue de façon exponentielle.

Publicité

La planète a basculé avec un régime d'irréversibilité sur lequel on ne peut plus grand chose.

Mais depuis 1945, cela s'est vraiment accéléré. Dans cette affaire, les politiques restent calmes, les intellectuels silencieux, et les scientifiques ont peur. C'est une inversion complète des rapports usuels entre les émotions."

Le rapport étroit avec la terre oublié

"On le sait que nous sommes liés à notre planète, mais on l'oublie. Mais n'importe quel jardinier, n'importe quel agronome, le sait."

Réchauffement climatique
Réchauffement climatique
© corbis
  • Corinne LEPAGE, avocate, présidente de CAP21 Le Rassemblement et ancienne ministre de l'Environnement
  • Bruno LATOUR,  anthropologue des sciences et auteur de Face à Gaïa (La Découverte, 2015)

Les liens