Episode 18 : "Boites à gants", propreté et tourisme spatial  ©Radio France - Compte Flick'r de Thom_Astro/France Inter
Episode 18 : "Boites à gants", propreté et tourisme spatial ©Radio France - Compte Flick'r de Thom_Astro/France Inter
Episode 18 : "Boites à gants", propreté et tourisme spatial ©Radio France - Compte Flick'r de Thom_Astro/France Inter
Publicité
Résumé

Chaque semaine, OLMA se connecte à la Station spatiale internationale pour prendre des nouvelles de Thomas Pesquet. Cette semaine, il est question de hotte aspirante bien utile pour protéger d'éventuelles projections, de pureté de l'eau et de l'air, des mauvaises odeurs dans la station spatiale, et des touristes partis dans l'espace.

En savoir plus

La "boite à gants" pour les expériences 

Thomas Pesquet : "C'est la traduction littérale du mot anglais "gloves box", mais ce n'est pas très satisfaisant. En français, avec le mot "boîte à gants", on est dans le domaine automobile. Pour expliquer ce qu'est cet objet, j'avais pensé au mot "hotte" : c'est le même principe qu'une hotte aspirante. 

La "boîte à gants" est une enceinte vitrée, fermée, avec une ventilation constante qui fait que s'il y a un gaz ou une autre substance qui se répand à l'intérieur, il sera aspiré plutôt que soufflé vers l'extérieur. Cela existe dans les laboratoires de biologie, de pharmacie et de médecine partout en France. La "hotte" sert à nous protéger de ce qu'il se passe à l'intérieur lors de nos expériences, et de ce qui peut venir de l'extérieur. 

Publicité

Propreté dans la station

Malgré notre espace fermé, la station est plutôt propre. L'eau de la station, est même encore plus propre que l'eau courante en France qui est déjà parfaitement potable. Mais nous sommes dans un environnement fermé : les bactéries ou les microbes peuvent se reproduire, et se diffuser. 

On fait donc très attention. On analyse tous les mois les bactéries de l'eau, des surfaces, de l'air... Le centre de contrôle suit ces paramètres d'assez près. 

Hygiène et odeurs

Pour l'hygiène, c'est plutôt pas mal. Nous n'avons pas l'eau courante, mais nous nous lavons avec des lingettes. L'air est propre. 

On est peut-être un peu désensibilisés sur l'odeur. Mais je n'ai pas l'impression que cela sente mauvais dans la station. 

On ne peut pas se débarrasser des odeurs en milieu fermé, on peut seulement filtrer l'air. Donc il faut faire attention : aérosols et parfums sont interdits et on a des déodorants qui ne sentent rien. 

On se lave les cheveux avec des shampoings très neutres... 

Tourisme spatial

À réécouter : La chasse aux odeurs
4 min

On est un peu divisés sur la question. Il y a déjà eu des touristes dans l'espace. Pour prendre un exemple dans un autre domaine, est-ce que les voitures automatiques désacralisent le métier de coureur de Formule 1 ? Je ne sais pas. 

Mais il est certain que si bientôt des véhicules emmènent monsieur et madame tout le monde dans l'espace, pourquoi moi, j'aurais besoin de faire deux heures et demi de sport par jour, de parler six langues et de faire tout le travail que j'effectue.... 

On se pose un peu la question. On a sacrifié des années de notre vie et tellement travaillé pour arriver là..."

La suite est à écouter...

L'équipe

  • Ecriture, préparation : Sophie Bécherel 
  • Réalisation : Alexandre Fougeron
  • Musique : Arno Alyvan 
  • Sound-design : Hervé Bouley 
  • Voix Olma : Emilie Blon Metzinger
  • Graphisme : Julien Mougnon

Pour écouter tous les épisodes de cette série, mettez ce podcast en favori sur l’application Radio France, disponible sur iOS et Android, ou via le fil RSS et Apple Podcast.