Ambassade de Russie à Talinn en Estonie
Ambassade de Russie à Talinn en Estonie
vidéo
Ambassade de Russie à Talinn en Estonie ©Getty - Perry Mastrovito
Publicité
Résumé

On est en train d’assister à une bascule assez spectaculaire de la stratégie de communication de la propagande russe sur les plateformes sociales.

En savoir plus

Et ça, depuis le début de la guerre en Ukraine et surtout depuis la suspension de ses principaux comptes de propagande RT et Sputnik - je rappelle que RT sur Youtube, c’était quasiment 10 milliards de vues cumulées.

Aujourd’hui, la Russie semble avoir tout misé sur les profils sociaux de ses ambassades à travers le monde. Et cette propagande a changé à la fois dans sa tonalité et dans sa forme. Beaucoup plus agressive, caricaturale, parfois outrancière, et ça rappelle d’ailleurs la propagande chinoise qui a adopté, surtout depuis le covid, sa doctrine de communication diplomatique dite des « Loups-guerriers », une communication acerbe, et parfois même insultante.

Publicité

Sur quoi repose cette stratégie ?

Elle s’appuie d’abord sur la globalisation du marché de la désinformation, induite par les réseaux sociaux, et qui lui permet de pousser ses narratifs complotistes à l’international, en profitant de relais dans les pays occidentaux, notamment à travers les communautés complotistes, qui ont gagné en virulence durant le covid.

Ça lui permet aussi de déployer sa stratégie classique de la confusion, en multipliant les versions complotistes sur un même évènement. Ensuite, cette propagande profite d’un angle mort de la modération, sur les plateformes sociales. Parce que si ces plateformes sont prêtes à bouger, quand la modération concerne des médias d’état, comme RT ou Sputnik, elles sont beaucoup plus frileuses lorsque ces comptes bénéficient de l’immunité diplomatique.

Et la Russie possède d’ailleurs près d’un millier de comptes diplomatiques, sur différents réseaux sociaux, avec des millions d’abonnés cumulés, et ça constitue une véritable force de frappe en ligne, surtout lorsque les communications sont coordonnées.

Et leur contenu a également changé

Pus les jours passent, plus on s’éloigne de la communication feutrée à laquelle on est habitué dans les milieux diplomatiques. Juste un exemple, l’ambassade russe en France a expliqué, il y a une semaine, dans un commentaire sur Twitter, que si nous livrons des armes aux Ukrainiens, ils seront en capacité d’abattre nos avions de ligne civils, en faisant un parallèle absolument cynique avec le drame du Boeing malaisien MH17 abattu, selon la propagande russe, par les Ukrainiens, à l’est de l’Ukraine en 2014.

Et dont la responsabilité russe aujourd’hui ne fait plus de doute. Alors cette communication diplomatique semble être une tentative assez obscène, de captation d’audience par la provocation, et elle révèle surtout la fébrilité d’un pays qui est en train de perdre la guerre de l’information.

Références

L'équipe

Tristan Mendès-France
Tristan Mendès-France
Tristan Mendès-France
Tristan Mendès-France