Mémorial, le 18 mai 2022 à Buffalo, New York. Un homme armé a ouvert le feu sur le magasin samedi, tuant dix personnes et en blessant trois autres.
Mémorial, le 18 mai 2022 à Buffalo, New York. Un homme armé a ouvert le feu sur le magasin samedi, tuant dix personnes et en blessant trois autres.
vidéo
Mémorial, le 18 mai 2022 à Buffalo, New York. Un homme armé a ouvert le feu sur le magasin samedi, tuant dix personnes et en blessant trois autres. ©AFP - SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images
Publicité
Résumé

Ce matin : l’empreinte numérique du jeune tueur de Buffalo de 18 ans, responsable de l’attentat du week-end dernier.

En savoir plus

Oui parce que si les médias se sont surtout focalisés sur le manifeste qu’il a laissé en ligne et ses multiples allusions à la théorie complotiste du grand remplacement. Une partie significative de ce qu’il a légué en ligne est passée un peu sous le radar. Parce qu’à côté de son manifeste, le tueur de Buffalo a également laissé une masse spectaculaire de données issues de la messagerie sur la plateforme Discord, des milliers de messages du 18 novembre 2021 au 29 avril 2022 soit près de 700 pages, qui nous donne à travers une sorte de journal de bord, un aperçu assez inédit de la fabrique d’un tueur. Et aucun des précédents terroristes du même type, n’avait laissé une telle empreinte numérique.

Et c’est grâce au chercheur canadien Marc-André Argentino, qui est un spécialiste de la radicalité, qu’on peut lever aujourd’hui une partie du voile sur ces documents et c’est à la fois glaçant et particulièrement riche d’enseignements. 

Publicité
4 min

Qu’y trouve-t-on ?

On mesure déjà à quel point Brenton Tarrant, le tueur de Christchurch en 2019, a été le modèle pour le tueur de Buffalo. Son acte terroriste a été un véritable déclencheur de sa radicalité. D’ailleurs le manifeste de Christchurch est le premier qu'il cite dans son journal de bord, et il en plagie de nombreux extraits.

On apprend aussi que le tueur de Buffalo voulait commettre sa tuerie à l'occasion du troisième anniversaire de l'attaque de Christchurch le 15 mars dernier. Mais la veille, il explique que son arme est endommagée et il est contraint de repousser son projet. Et ça semble profondément l’avoir affecté. 

D’ailleurs peu après, son journal de bord s'assombrit et il exprime même des pensées suicidaires. Il hésite, il a des doutes et se demande même s’il ne doit pas tout arrêter. On y lit également les problèmes plus terre à terre de financements auquel il est confronté et comment il a réuni les fonds nécessaires à l’achat de son attirail de guerre, en vendant ses biens au marché aux puces, en s’adressant à un prêteur à gages ou même en vendant les quelques actions qu’il avait chez Disney.

Mais il y a d’autres signaux révélateurs

Oui, il explique par exemple qu’en mai 2021, il est envoyé à l’hôpital suite à un signalement de contenu à caractère meurtrier et suicidaire qu’il avait publié sur un journal de son école.

Un autre évènement notable a eu lieu en mars dernier lorsqu'il révèle qu'il avait décapité un chat dans son garage et que la seule réaction de sa mère avait été de lui donner une petite boite pour qu’il l’enterre dans le jardin. Si on ajoute à ça sa fascination pour les armes à feu qui occupent une partie importante de son journal de bord, ou l’isolement qu’il exprime notamment durant le covid, on mesure à quel point, il y avait de nombreux signes avant-coureurs qui auraient pu alerter les parents et les autorités. 

Références

L'équipe

Tristan Mendès-France
Tristan Mendès-France
Tristan Mendès-France
Tristan Mendès-France