Susan Travers, l’héroïne oubliée de la bataille de Bir-Hakeim,
Susan Travers, l’héroïne oubliée de la bataille de Bir-Hakeim, ©Getty - Patrick Durand/Sygma
Susan Travers, l’héroïne oubliée de la bataille de Bir-Hakeim, ©Getty - Patrick Durand/Sygma
Susan Travers, l’héroïne oubliée de la bataille de Bir-Hakeim, ©Getty - Patrick Durand/Sygma
Publicité

La bataille de Bir Hakeim est une grande date dans l’histoire de la France libre pendant la Seconde guerre mondiale. En mai-juin 1942, en plein désert libyen, des soldats français pour la première fois depuis l’armistice, se battent contre des Allemands.

Avec
  • Géraud Létang historien, chercheur au Service Historique de la Défense. Spécialiste des empires coloniaux et de la Seconde guerre mondiale

L’objectif du général Koenig qui commande la première brigade française libre est de tenir au moins huit jours pour empêcher la progression du redoutable Afrikakorps du maréchal Rommel. Mais que peuvent ces 3 723 Français, face aux 35 000 soldats qui leur font face ?

Et pourtant. Ce n’est pas 8 jours qu’ils vont tenir, mais deux longues semaines, supportant la chaleur et la soif, sous un déluge de bombes. Jusqu’à l’évacuation finale, où la voiture du général Koenig, en tête, fonce sous la mitraille à travers les lignes ennemies. 

Publicité

Une page héroïque où 3723 hommes venus des quatre coins de l’Empire colonial, dont beaucoup de légionnaires, se sont battus pour la France. Des hommes, mais aussi une femme : Susan Travers

Une Anglaise qui en 1940 s’était engagée dans la France Libre. C’est elle qui à Bir Hakeim conduit la Ford de Koenig sous les tirs ennemis. Mais à la fin de la guerre, Susan Travers qui est aussi la maîtresse du général Koenig, sera longtemps oubliée, pour ne pas dire effacée de l’Histoire.

Extraits de l'entretien 

Il a fallu que Susan Travers  atteigne ses 90 ans pour qu’elle écrive ses mémoires, pour qu'on la découvre, ou qu'on la redécouvre. Son mari était mort, son ancien amant, le général König aussi. Elle pouvait enfin raconter son histoire. 

Susan Travers une bourgeoise d’origine anglaise

Géraud Létang : « Susan Travers est née en 1909 dans une famille située entre la haute bourgeoisie et l'aristocratie britannique. Son père est un officier de la Royal Navy. Cette famille va s'installer en France dans les années 1930 sur la Côte d'Azur. 

Et Susan Travers se caractérise dans cette famille par un refus des conventions sociales, par une volonté d'émancipation et par un refus de la rigueur des pensionnats et du destin qui lui était tout tracé. 

Et donc, Susan Travers va par tous les moyens essayer de se libérer de ses carcans par le sport, le tennis notamment. 

Une championne de tennis 

GL : "C’était une championne qui disait gagner dans les tournois de quoi faire se rendre sur les lieux des compétitions. C'est aussi quelqu'un qui par sa vie sentimentale, vouloir défier les conventions. Elle va collectionner les amants dans plusieurs villes d'Europe et elle le revendiquer. 

Susan Travers trouve dans l’éclatement de la guerre en 1939 l'occasion de transformer sa volonté d'émancipation en aventures. Elle va s'engager dans l’armée comme infirmière, poste souvent dédié aux femmes. Après une formation à Poitiers, elle voit qu’elle n’est pas faite pour ça.  En revanche, il lui reste la possibilité d'être ambulancière. Cette position de chauffeur lui permet en outre d'être au contact de l'ennemi. Les femmes n'ont pas le droit de porter les armes, mais Susan Travers veut être vraiment au front."

La suite est à écouter...

L'invité 

Géraud Létang, historien, chercheur au Service Historique de la Défense. Spécialiste des empires coloniaux et de la Seconde guerre mondiale.

La fiction

« Susan Travers, l’héroïne oubliée de la bataille de Bir Hakeim » de Vincent Hazard Réalisation Cédric Aussir.

Avec les voix de :

  • Susan Travers : Cassandre Vittu de Kerraoul
  • Pierre Koenig : Justin Blanckaert
  • Dimitri Amilakvari : Hovnatan Avedikian
  • Docteur Lotte : Philippe Bertin
  • Ousseman mécanicien tchadien : Makita Samba
  • Le légionnaire Rosenwald : Jeremy Lewin
  • Jacques Renard : Philippe Weissert

Equipe de réalisation :

  • Bruitages : Bertrand Amiel
  • Prise de son, montage et mixage : Julien Doumenc, Matthieu Le Roux
  • Assistante à la réalisation : Alexandra Garcia-Vilà
  • Réalisation : Cédric Aussir

Les livres

  • L'autobiographie de Susan Travers "Tant que dure le jour" publié chez Plon en 2001
  • Le documentaire de Patrick Jeudy "Susan Travers, l'héroïne cachée de Bir Hakeim" (co-production CFRT, 2017)

Géraud Létang est l'auteur d'un livre à paraître "Légitimité parallèle - Parcours croisé de Félix Eboué et le Général Leclerc" Ed. Perrin, 2022 

Programmation musicale 

  • "Uneasy" de METRONOMY

L'équipe