Portrait de la chanteuse, danseuse, actrice, meneuse de revue et résistante Joséphine Baker en uniforme.
Portrait de la chanteuse, danseuse, actrice, meneuse de revue et résistante Joséphine Baker en uniforme. ©Getty - Ullstein bild Dtl.
Portrait de la chanteuse, danseuse, actrice, meneuse de revue et résistante Joséphine Baker en uniforme. ©Getty - Ullstein bild Dtl.
Portrait de la chanteuse, danseuse, actrice, meneuse de revue et résistante Joséphine Baker en uniforme. ©Getty - Ullstein bild Dtl.
Publicité

Une photo prise en 1948 montre Joséphine Baker en uniforme de l’armée française. Un uniforme d’homme sans doute, mais qu’elle porte avec une telle élégance, une telle classe !

Avec
  • Hanna Diamond historienne et professeur à l’Université de Cardiff, spécialiste de la 2e guerre mondiale et de l’histoire des femmes

Le calot posé de travers sur la tête, les bras croisés qui laissent voir ses ongles vernis, Joséphine Baker assume sa séduction tout en arborant fièrement sur sa poitrine la médaille de la Résistance. Quelques années plus tard, une autre photo prise en 1961 montre la même Joséphine Baker qui vient de se voir remettre la Légion d'honneur et la Croix de guerre dans son château des Milandes, en Dordogne. Ce château où, sous l’Occupation, cette Afro-américaine devenue française collectait des renseignements et cachait des armes.

On a du mal à imaginer que cette femme au sourire éclatant, qui croule sous les décorations, fut en 1925 la danseuse géniale qui fit scandale dans la Revue Nègre au Théâtre des Champs-Elysées à Paris. La jeune Américaine du Missouri qui, pour satisfaire l’exotisme d’une Afrique fantasmée, dansait quasiment nue, une ceinture de bananes autour de la taille, en roulant malicieusement des yeux.

Publicité

La Joséphine Baker qui entrera après-demain au Panthéon, c’est tout cela : la femme libre, la résistante, mais aussi l’artiste du music-hall et la combattante contre le racisme et l’antisémitisme qui rêvait d’une fraternité universelle.

L'invitée 

Notre invitée Hanna Diamond est historienne et professeur à l’Université de Cardiff, spécialiste de la 2e guerre mondiale et de l’histoire des femmes. 

Elle a bénéficié du soutien du Leverhulme Trust pour l'écriture d’un ouvrage sur Joséphine Baker.

La fiction

"Joséphine Baker : de la Vénus Noire à l'honorable espionne", de Pascale Mémery

Avec :

  • Joséphine Baker : Aline Belibi
  • Paul Colin : Elya Birman
  • Robert Daven : Julien Lucas
  • Marcel Sauvage : Grégoire Monsaingeon
  • Comte Giuseppe Abattino, alias Pépito : Julien Frison
  • Capitaine Jacques Abtey : Léo Dussollier

Equipe de réalisation :

  • Bruitages : Bertrand Amiel
  • Prise de son, montage et mixage : Manuel Couturier, Eric Villenfin
  • Assistante à la réalisation : Alexandra Garcia-Vilà
  • Réalisation : Cédric Aussir

Les livres

  • Hanna Diamond a écrit un article disponible Joséphine Baker « the Starlet-spy » 
  • Marcel Sauvage,  Les Mémoires de Joséphine Baker, Paris, Dilecta, 2006 
  • Ean Wood, La Folie Joséphine Baker, Serpent à plume éditions.

Pour aller plus loin 

La musique 

  • "Kiss me in the morning" de Jorja Smith

ALLER PLUS LOIN sur FRANCE INTER

  • Elle a tellement aimé la France, tellement remercié Dieu de lui avoir accordé la nationalité française qu’elle a toujours tâché d’honorer son pays d’adoption. ECOUTER | Le Grand Atelier fantôme de Joséphine Baker
  • Entre ici, Joséphine Baker avec ton amoureux cortège de plumes et de bananes et d’enfants adoptés et de combats contre le racisme et de courage. Car Joséphine fit partie de ce "désordre de courage" comme le disait André Malraux devant le cercueil de Jean Moulin, évoquant la résistance. ECOUTER | Entre ici Joséphine ! la chronique de François Morel 
  • Une pétition, sous le titre "Osez Joséphine", demande l'entrée au Panthéon de Joséphine Baker, artiste, militante, et résistante. C'est une initiative de l'essayiste Laurent Kupferman, qui y voit un symbole d'unité nationale et d'universalisme à la française. 
  • LIRE | "Osez Joséphine", la pétition qui plaide pour l'entrée de Joséphine Baker au Panthéon
  • A voir sur Arte, un documentaire passionnant et très émouvant sur le parcours de cette femme libre qui conquit la France des années 1920. Et sur ses relations tourmentées avec son pays natal, les États-Unis. Joséphine avait deux amours, son pays et Paris, mais le premier fut bien ingrat avec elle... ECOUTER | Joséphine Baker : première icône noire  
  • En 1939, recevant dans sa villa du Vésinet le capitaine Abtey avec qui elle allait faire équipe dans les services secrets, elle avait dit : « C’est la France qui m'a faite ce que je suis. Je suis prête, capitaine, à lui donner ma vie. » ECOUTER | La panthéonisation de Joséphine Baker  dans le Vif de l'histoire
  • Beaucoup d’observateurs ont souligné que c’était « la première femme noire » à entrer au Panthéon. Mais avant d’être une femme noire, Joséphine Baker était d’abord une femme libre, une Française libre. ECOUTER | La panthéonisation de Joséphine Baker dans l'émission En toute subjectivité
  • Catel et Bocquet, les auteurs des biographies BD remarquables d’Olympe de Gouges et de Kiki de Montparnasse signent un bel hommage à une grande artiste et à la femme libre. LIRE | Joséphine Baker, au-delà du cliché   

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.