Représentation du brigand français Louis Dominique Garthausen dit Cartouche. Collection privée
Représentation du brigand français Louis Dominique Garthausen dit Cartouche. Collection privée ©AFP - Isadora/Leemage
Représentation du brigand français Louis Dominique Garthausen dit Cartouche. Collection privée ©AFP - Isadora/Leemage
Représentation du brigand français Louis Dominique Garthausen dit Cartouche. Collection privée ©AFP - Isadora/Leemage
Publicité

Sous la Régence, dans les ruelles et tavernes mal famées du Châtelet à Paris, les héros s’appellent Bras de Fer ou Tire l’Eustache tous imbattables dans le tire-laine, l’art d’alléger la poche d’un passant en lui subtilisant sa bourse. Un art qu’ils ont appris de leur maître : Cartouche.

Avec
  • Benoît Garnot professeur d’histoire moderne à l’Université de Bourgogne

Quittons les salons et les châteaux où s’écrit généralement l’Histoire pour partir en 1720, sous la Régence, dans les ruelles et les tavernes mal famées du Châtelet à Paris. Ici plus de princes ou de princesses, nos héros s’appellent Bras de Fer, Tire l’Eustache, Monte en l’air ou Jeanneton la ravaudeuse… Tous sont imbattables dans le tire-laine, l’art (ni vu ni connu) d’alléger la poche d’un passant en lui subtilisant sa bourse… Un art qu’ils ont appris de leur maître, le grand Louis Dominique Cartouche.

En fait Cartouche est tout petit. Mais agile et vigoureux, intrépide et malin, ce chef de bande charismatique et provocateur a réuni derrière lui une armée de bandits qui rend folle la police parisienne. Car Cartouche semble imprenable : arrêté à de multiples reprises, à chaque fois il s’échappe. Mais le plus insupportable pour la police c’est la popularité de ce bandit auprès du petit peuple parisien et même de l’aristocratie. Une arrogance que Cartouche paiera cher quand le 28 novembre 1821, il sera roué en place de Grève. Mais sa légende chevaleresque du voleur protecteur des humbles, elle, est toujours bien vivante.

Publicité

L'invité : Benoit Garnot historien spécialisé dans l’histoire de la justice et de la criminalité dans la France moderne et auteur de « Être brigand, du Moyen-Age à nos jours » publié chez Armand Colin.

La fiction : "Cartouche, le bandit bien aimé" de Patrick Pécherot

Avec :

Cartouche : François de Brauer

Louison : Lorenzo Lefebvre

Capucin : Charly Fournier

L'exempt de police : Clovis Fouin

Le Lieutenant général de police, M. d'Argenson : Jean-Charles di Zazzo

Le Marquise de Bauffremont : Cécile Bouillot

La Comtesse de Villereuil : Anne Cosmao

Bruiteur : Bertrand Amiel

Prise de son, montage et mixage : Bruno Mourlan et Pierre Henry

Assistante à la réalisation : Anissa Zidna

Réalisation : Cédric Aussir

Musique : The National Weird goodbyes

Pour en savoir plus :  de Lise Andries, un recueil d’articles : « Cartouche, Mandrin et autres brigands du XVIIIe siècle. » édité en 2010 chez Desjonquères, coll. « L'esprit des lettres » et « Bandits et brigands » un recueil de textes littéraires sur le thème des bandits aux éditions l’Echappée dans la collection Lampe-tempête. Le texte sur Cartouche a été écrit par Patrick Pécherot, l’auteur de la fiction.

L'équipe

Stéphanie Duncan
Stéphanie Duncan
Stéphanie Duncan
Production
Anne Weinfeld
Réalisation
Frédéric Martin
Coordination