Madeleine Pelletier, candidate aux élections législatives du 24 avril 1910 dans le 5ème arrondissement de Paris  ©Getty - M. Rol/ullstein bild
Madeleine Pelletier, candidate aux élections législatives du 24 avril 1910 dans le 5ème arrondissement de Paris ©Getty - M. Rol/ullstein bild
Madeleine Pelletier, candidate aux élections législatives du 24 avril 1910 dans le 5ème arrondissement de Paris ©Getty - M. Rol/ullstein bild
Publicité
Résumé

Madeleine Pelletier, une féministe intégrale

En savoir plus

Il faut la voir, au congrès de la SFIO en 1906, monter à la tribune, habillée en homme (cheveux courts, costume pantalon, cravate), et haranguer les militants socialistes : « Oui la femme doit voter ! » s’exclame-t-elle. « Non, ce n’est pas vrai qu’elle soit sous l’emprise des curés ! ». 

Quand on pense aux insultes que Simone Veil subira 70 ans plus tard en défendant sa loi sur l’avortement, on est impressionné par le talent et le courage de Madeleine Pelletier dans son combat féministe. Au début du 20ème siècle, tout est à faire, et comme rien ne l’arrête, elle veut tout : le droit de vote, mais aussi le service militaire, le droit à l’avortement et à la contraception, le refus du mariage et de la maternité, la liberté sexuelle. 

Publicité

Un siècle avant la théorie du genre, Madeleine Pelletier refuse l’idée que les femmes et les hommes soient assignés à des rôles. « La femme, dit-elle, doit devenir un individu avant d’être un sexe ». Très isolée à son époque, même parmi les féministes, Madeleine Pelletier paiera cher l’originalité et la radicalité de son engagement.

Notre invitée est Florence Dorrer-Sitoleux, documentariste. Auteure du documentaire "Sur les traces de Madeleine Pelletier"

Et les livres à lire :

La femme vierge, de Madeleine Pelletier aux éditions Indigo-Côté femmes

Journal d'une suffragiste, d'Hubertine Auclert qui vient de paraître chez Gallimard en Folio

Dictionnaire du féminisme, dirigé par Christine Bard (PUF).

Fiction : « Madeleine Pelletier, une féministe intégrale » de Corinne Klomp

Avec :

Madeleine Pelletier : Catherine Tartarin

Le juge d'instruction : René Hernandez

La mère : Lara Bruhl

Hubertine Auclert : Bernadette Le Saché

Hélène Brion : Morgane Nairaud

La patiente : Marie Sambourg

Son mari : Etienne Beydon

Le serveur : Jean-Pierre Poisson

Bruitages : Bertrand Amiel

Prise de son, montage et mixage : Marie Lepeintre et Valentin Azan-Zielinski

Assistante à la réalisation : Aurélie Miermont

Réalisation : Laure Egoroff

CD : Celeste "Love is back"

Références

L'équipe

Stéphanie Duncan
Stéphanie Duncan
Anne Weinfeld
Réalisation
Emmanuelle Fournier
Collaboration