S'émerveiller, ça s'apprend ? Eveiller le regard des enfants

S'émerveiller, ça s'apprend ? Eveiller le regard des enfants
S'émerveiller, ça s'apprend ? Eveiller le regard des enfants ©Getty - Jose Luis Pelaez Inc
S'émerveiller, ça s'apprend ? Eveiller le regard des enfants ©Getty - Jose Luis Pelaez Inc
S'émerveiller, ça s'apprend ? Eveiller le regard des enfants ©Getty - Jose Luis Pelaez Inc
Publicité

Cette semaine Barbatruc aide les enfants à ouvrir l’œil, à prêter attention aux belles choses, que ce soit devant une œuvre d’art, dans la nature ou dans la vie de tous les jours. Comment éveiller les regards ?

Quel peut-être le rôle des parents pour apprendre aux enfants à s’émerveiller ? Est-ce quelque chose qui peut s’apprendre ? Il est question de concentration, aussi. Car pour bien regarder, il faut s’en donner la peine.

Ces interrogations sont à la croisée des chemins entre l’art et la philosophie. Pour y répondre, nous recevons un artiste et une philosophe !

Publicité

C'est intéressant de voir comment les enfants sont naturellement dans une posture d'émerveillement, d'étonnement devant le monde.

Les enfants se questionnent sur la beauté et le monde dès le plus jeune âge. Ils jouissent d'une spontanéité et d'une intuition qu'ils peuvent mettre au service de leur créativité, sans préjugés. Par rapport aux adultes, il ont tendance à prendre plus le temps et à être plus concentrés sur quelque chose de créatif, lorsqu'ils sont réellement intéressés.

Les adultes réapprennent à regarder le monde de façon plus étonnée, plus émerveillés. Il suffit de jouer le jeu en accompagnant son enfant dans son processus créatif. En le voyant ne réagir différemment que nous, il est possible aussi de regagner son innocence perdue.

Nos invité.es

Hervé Tullet, artiste, créateur du projet L'expo idéale, auteur de nombreux livres jeunesse. Le dernier s'intitule La danse des mains, chez Bayard Jeunesse. Il anime également des ateliers créatifs pour les enfants.

Hervé Tullet met en avant la créativité brute plutôt que la promotion de la beauté. La mise en place d'un espace de liberté totale permet selon lui d'éveiller le sens artistique des enfants, tout en laissant libre cours à leur imagination. Il met surtout en avant la réalisation « d'expositions idéales ». Cet exercice consiste à décider d'aménager un espace définit : une boîte d'allumettes, une salle de classe, un livre. Dès lors que l'espace est choisi, il faut s'efforcer de le remplir en y mettant son énergie. L'approche des ateliers « idéaux » n'apprend pas à avoir un regard esthétique critique. Il met plus en avant l'expression personnelle ou collective. Tout ceci permet de susciter une réelle implication de l'enfant, et un intérêt certain pour les démarches artistiques, ce qui peut l'amener à se tourner plus tard vers la culture générale.

Chiara Pastorini, philosophe, enseignante à l’université Paris Dauphine et autrice de plusieurs livres pour enfants : Mentir c’est quoi ? paru chez Hachette, Les vrais sages sont des rebelles chez Nathan ou Le goût de la vie, aux éditions Flammarion Jeunesse. Récemment, elle a publié un coffret de cartes écolo pour les enfants :  la Terre et nous, aux éditions Mango.

Elle est également animatrice d'ateliers philo pour les enfants, le projet s’appelle Les petites lumières.

La philosophie commence dès que l'on sait parler pour Chiara Pastorini. Au sein de ces ateliers philosophiques pour enfants, l'idée est de combiner la discussion à visée philosophique avec des pratiques artistiques, en se basant sur un support existant : un tableau, une peinture, un film ou une vidéo. L'enseignante met en avant différentes choses. Elle travaille sur la définition des notions et les distinctions conceptuelles pour amener les enfants à argumenter avec les autres et à s'écouter entre eux. Ils doivent formuler ce qu'ils pensent, ce qu'ils interprètent, mais surtout, ils doivent se justifier. Globalement, ces ateliers aide au développement de l'esprit critique.

Comment aider son enfant à développer sa créativité ?

Les deux invités répondent qu'il faut accompagner l'enfant en l'incitant à regarder ce qui l'entoure : un arbre, un graffiti, un nuage, tout en faisant attention à sa posture : « Il ne faut pas leur plaquer nos critères esthétiques. » Plutôt il faut se baser sur la curiosité naturelle de l'enfant, sur ses tâtonnements pour l'amener à réfléchir, à penser, à aller plus loin, tout en restant curieux, bienveillant et « sans stratégie ».

Comment parler de la guerre en Ukraine avec les enfants ?

Doit-on l'aborder avec eux même s'ils ne posent pas de question ? Comment s'adapter à leurs âges ? Et doit-on les rassurer ? Au téléphone, Marie-Rose Moro, pédopsychiatre et directrice de la maison de Solenn à Paris répond à ces interrogations.

Programmation musicale

  • Christine and the Queens - "Saint Claude"
  • The Weeknd - "Is there someone else ?"

L'équipe