L'étoile de mer ne lâche rien (ou presque !)
L'étoile de mer ne lâche rien (ou presque !) ©Radio France - Fabienne Guevara/France Inter
L'étoile de mer ne lâche rien (ou presque !) ©Radio France - Fabienne Guevara/France Inter
L'étoile de mer ne lâche rien (ou presque !) ©Radio France - Fabienne Guevara/France Inter
Publicité

Une étoile de mer s’est laissée prendre au piège de la marée ; la voilà dans une flaque au milieu des rochers. Il y a péril jusqu’au retour de l’océan. Mais lorsqu’on possède un squelette de calcaire, cinq bras costauds, et un estomac voyageur, que peut-il bien arriver de fâcheux ?

Comme ses semblables, l’étoile de mer commune ( Asterias rubens ) ou astérie rouge , ne présente ni droite, ni gauche, ni avant ni arrière, ni dos ni ventre. En résumé, elle n’a ni queue ni tête. Son corps s’organise autour d’un disque central qui contient ses organes, et duquel partent les bras. Asterias pour Etoile, et Rubens pour rouge, en latin. Car, la majorité du temps, l’étoile de mer voit la vie en rouge.

Elle appartient au groupe des Echinodermes, comme les oursins et les concombres de mer. C’est un groupe de bestioles pourvues, sous leur peau, d’un squelette de calcaire, Leurs ancêtres ont côtoyé les dinosaures ! Malgré leur nom, toutes les étoiles de mer n’ont pas cette forme. Certaines prennent plutôt l’apparence d’un pentagone ou d’une sphère, quand d’autres ont un disque central quasi inexistant.

Publicité

Le corps de l’étoile de mer peut se régénérer. Si un morceau de son corps est arraché, il repousse en quelques semaines ! La science étudie encore ce mystère.

Une collection dirigée par Stéphanie Fromentin

  • Écrit par : Gwénael David
  • Narration : Denis Cheissoux
  • Bestiole : Brigitte Lecordier
  • Conseiller scientifique : Guillaume Lecointre
  • Réalisation : Anne Lhioreau
  • Mixage : Benjamin Orgeret
  • Sound design : Benjamin Orgeret et Anne Lhioreau
  • Prise de son : Philip Merscher
  • Générique : Marie Guérin

🎧 : Pour écouter tous les épisodes de cette série, mettez ce podcast en favori sur  l’application Radio France, disponible sur iOS et Android, ou via* * le fil RSS et Itune