Les fantômes de Sophie Calle

L'artiste Sophie Calle lors de son exposition "Les Fantomes d’Orsay", mars 2022
L'artiste Sophie Calle lors de son exposition "Les Fantomes d’Orsay", mars 2022 ©AFP - Christophe ARCHAMBAULT
L'artiste Sophie Calle lors de son exposition "Les Fantomes d’Orsay", mars 2022 ©AFP - Christophe ARCHAMBAULT
L'artiste Sophie Calle lors de son exposition "Les Fantomes d’Orsay", mars 2022 ©AFP - Christophe ARCHAMBAULT
Publicité

Elle est artiste et depuis cinq décennies, elle tisse une œuvre où s’entremêlent spectres, narrations, photographies et objets. Sophie Calle est l'invitée d'Augustin Trapenard.

Elle a pris ses quartiers au Musée d’Orsay et exhume les vestiges de l’hôtel adjoint à l’ancienne gare devenu lui aussi musée, toute une gamme d’objets glanés il y a plus de quarante ans. Un voyage entre passé et présent, apparitions et disparitions, spectres et vivants. Sophie Calle est dans Boomerang.

Oddo, la chambre 501 : les fantômes du Grand Hôtel d'Orsay

Pour "Boomerang", Sophie Calle revient sur son attachement au Grand Hôtel d'Orsay. Ce lieu rempli d'histoire a été désaffecté avant de devenir l'actuel musée d'Orsay.

Publicité

J'ai peu d'histoire avec le musée. Somme toute, mon histoire, elle est avec l'hôtel et ses corridors vides.

En 1978, Sophie Calle a alors 25 ans. Elle revient des Etats-Unis et se ballade dans Paris, suis des gens pour découvrir la ville, à la recherche de sens. « Un jour, j'ai vu une petite porte et je ne sais pas si c'est par intuition ou parce que je poussais toutes les portes, mais je l'ai poussée. » Elle découvre alors le Grand Hôtel d'Orsay abandonné, où il n'y avait personne. Pour elle, cet endroit est devenue sa cachette. Elle a arpenté les salles, les chambres et a finalement atterri dans la chambre 501, la dernière chambre du dernier étage. Elle a fait de cette pièce sa chambre, où elle écrivait et créait. « Je n'ai jamais dormi dans cet hôtel. C'était trop inquiétant. »

Après la rénovation du lieu et sa transformation en musée, Sophie Calle a voulu retrouver cette chambre, où elle avait passé de longues après-midis. Elle a donc demandé à voir les plans. Mais il n'y avait pas de chambre 501, seulement deux chambres 502 l'une à côté de l'autre. Cette erreur lui a semblé être une étrange coïncidence : « Est ce que la 501 avait disparu ? La chambre fantôme d'un hôtel fantôme ? » Actuellement cette chambre n'existe plus. Elle a été transformé en une sortie de secours et un ascenseur.

C'est un endroit propice pour croiser des fantômes

Autre fait intéressant, en 1978, la jeune femme tombait souvent sur les message que quelqu'un laissait à l'homme de maintenance qui s'occupait des lieux et qui s'appelait Oddo. Elle a commencé à les ramasser et à les conserver. « J'ai pris l'habitude de ramener chez moi des cahiers sur lesquels étaient inscrits les consommations d'eau, de gaz, les fiches des clients, tous les numéros des chambres qui étaient sur les portes que j'ai arrachées comme ça, sans savoir ce que j'allais en faire, puisque je n'étais pas encore artiste à l'époque ».

Programmation musicale

SNOOP DOG + PHARREL WILLIAMS – DROP IT

FISHBACH – MASQUE D’OR

Programmation musicale

  • 09h37
    Masque d'or (Radio edit)
    Masque d'or (Radio edit)
    FLORA FISHBACH (Compositeur)
    Masque d'or (Radio edit)

    , FISHBACH

    Album Masque d'or

L'équipe