Valeria Bruni-Tedeschi le 27 avril 2022 à Romes
Valeria Bruni-Tedeschi le 27 avril 2022 à Romes
Valeria Bruni-Tedeschi le 27 avril 2022 à Romes ©AFP - Stefano Rellandini
Valeria Bruni-Tedeschi le 27 avril 2022 à Romes ©AFP - Stefano Rellandini
Valeria Bruni-Tedeschi le 27 avril 2022 à Romes ©AFP - Stefano Rellandini
Publicité
Résumé

Prix spécial du jury un certain regard pour "Actrices", il y a quinze ans, c’est la deuxième fois, après "Un château en Italie" en 2013, qu’elle se retrouve en compétition officielle en tant que réalisatrice. Valeria Bruni-Tedeschi est l'invitée d'Augustin Trapenard.

avec :

Valeria Bruni Tedeschi (Comédienne et réalisatrice).

En savoir plus

Hier, elle présentait Les Amandiers , film inspiré de son passage par la mythique école de théâtre imaginée par Patrice Chéreau et Pierre Romans, et porté par de magnifiques jeunes acteurs. Elle nous raconte une jeunesse habitée par la nécessité de jouer et de vivre. Valeria Bruni-Tedeschi est dans Boomerang.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Extraits de l'entretien

Valeria Bruni-Tedeschi : "Je pense que la jeunesse est toujours là. Même sous forme de nostalgie. Jouer, c’est retenir la jeunesse et empêcher que le temps passe"

Publicité

"Jouer est une question de vie ou de mort. Comme le disait Pierre Romans, c’est à la fois du jeu, donc ce n’est pas important, mais c’est l’engagement de la vie."

"J’ai décidé de m’engager dans le jeu pour parler de ma propre voix, pour dire mes propres mots. Le cinéma, ensuite, m’a permis d’effacer les frontières entre la vie et la mort."

"Un metteur en scène, c’est quelqu’un qui regarde et qui sait regarder : il accueille quelqu’un dans sa globalité, accueille ses défauts, ses faiblesses et fragilités."

"Chacun doit trouver son émotion principale : la mienne, c’est la sensation de me confesser. Or, que confesse-t-on ? De la culpabilité, de la honte. J’enlève un masque et je dévoile ce que je suis."

"Le cinéma n’est pas un métier qui rend tranquille. D'ailleurs, je crois qu'être « acteur de cinéma » n’est pas un métier - il faut faire du théâtre. Mais dans tous les cas, ce n’est pas un métier stabilisant"

Programmation musicale

FRED BUSCAGLIONE – GUARDA QUE LUNA

Références

L'équipe

Augustin Trapenard
Augustin Trapenard
Lola Costantini
Réalisation
Perrine Malinge
Collaboration
Léonard Billot
Journaliste
Pierre Martinerie
Collaboration