Détail de la couverture de "Guacamole vaudou" - Eric Judor et Fabcaro/Seuil
Détail de la couverture de "Guacamole vaudou" - Eric Judor et Fabcaro/Seuil
Détail de la couverture de "Guacamole vaudou" - Eric Judor et Fabcaro/Seuil
Publicité
Résumé

Mon premier est auteur de BD et on lui doit notamment l’incontournable "Zaï Zaï Zaï Zaï". Mon second est un comédien, scénariste et réalisateur qui cultive le goût de l’absurde. Fabcaro et Eric Judor sont les invités d'Augustin Trapenard.

avec :

Eric Judor (Humoriste, acteur, réalisateur, et scénariste français), Fabcaro (Dessinateur, auteur de bande-dessinée).

En savoir plus

Ensemble, ils nous ont concocté un "Guacamole Vaudou", roman photo qui ne se prend pas au sérieux, et véritable phénomène éditorial depuis sa sortie en mai. Fabcaro et Eric Judor sont dans Boomerang.

Extraits de l'entretien

"Guacamole vaudou", un roman-photo qui ne se prend pas au sérieux

Publicité

Alors qu'Augustin Trapenard a évoqué l'humiliation de voir sa blague pas reconnue comme telle… Et l'importance du sérieux dans nos vies, Eric Judor explique que lui est « pris très au sérieux dès que je passe la frontière. » Tandis que Fabcaro reconnaît que dans la vraie vie, il est « Assez sérieux, assez premier degré. J'aime l'absurde pur, mais il y a forcément des interprétations derrière… »

Prime à l'absurde

Quel rôle a l'absurde dans leurs vies ? Pour Eric Judor : « L'absurde est la façon dont fonctionnent certains cerveaux. Ça permet de mettre de la distance sur des choses tragiques ou qui ne font pas marrer autrement. L’absurde pour l’absurde, c’est un leitmotiv. Là, je ne voyais pas de message politique dans Guacamole Vaudou… Mais du rire pur. » Fabcaro ajoute que « Pour survivre au drame seul l'absurde nous permet de le surmonter ».

Guacamole vaudou

Un homme peu gâté par la vie fait un stage pour devenir un winner… Et dira "guacamole vaudou" pour se souvenir de ce qu'il a appris. Eric Judor explique qu'« Un winner est quelqu'un qui réussit bien sa vie. Oui, on a une tendresse pour les perdants. À l’inverse, quelqu’un qui ne va pas très bien, qui traîne des pieds, un peu "tristusse", on a tout de suite un angle. Mais surtout, j'ai un sens aigu du ridicule. Comme je l'ai été parfois, pour ne pas que cela m'anéantisse, je mettais de la distance avec de l'humour ». Fabcaro souligne qu'« En français : un gagnant, ça sonne moins bien. »

Le roman-photo

Quel avantage apporte ce format un peu daté ? Pour Fabcaro qui le pratique dans ses BD : "Plus l'image est figée, plus on peut décaler le texte… »

Jouer à deux

Fabcaro : « C'est nouveau. Habituellement, écrire, est un boulot d’ours : c’est s’enfermer tout seul pendant des mois, être tout seul dans son coin… Il ne faut pas trop aimer les gens, j’ai l’impression. » Pour Eric Judor, le duo « rajoute de l'écoute et élève. »

Comment faire rire ?

Pour Eric judor : « On peut faire rire avec un regard… J'ai trouvé ça assez tôt un 4 décembre. Faire rire cela tient au timing… Ça se travaille. ». L'auteur de Zaï zaï zaï ajoute que "L'humour est une affaire super sérieuse. C'est une horlogerie de précision. Chez moi, c'est venu par le dessin, par les caricatures de profs. Pour moi qui n'étais pas sportif, dessiner était un super pouvoir. »

La suite est à écouter...

Programmation musicale

BLACK STREET + DR.DRE - NO DIGGITY

CLARA LUCIANI - COEUR

Références

Programmation musicale

L'équipe

Augustin Trapenard
Augustin Trapenard
Lola Costantini
Réalisation
Perrine Malinge
Collaboration
Pierre Martinerie
Collaboration
Léonard Billot
Journaliste