Casey en février 2020 à Paris ©AFP - ALAIN JOCARD
Casey en février 2020 à Paris ©AFP - ALAIN JOCARD
Casey en février 2020 à Paris ©AFP - ALAIN JOCARD
Publicité
Résumé

Ça fait maintenant près de vingt ans que ses mots, son flow, son approche si singulière de la musique et son indépendance, bousculent le milieu très codifié du rap. La rappeuse Casey est l'invitée d'Augustin Trapenard.

avec :

Casey (Rappeuse française).

En savoir plus

Elle est l'incarnation d'une musique contestataire et sans concession. Elle est actuellement en tournée dans toute la France avec son groupe Ausgang pour faire entendre leur dernier album, Gangrène, sortie à la veille de la pandémie. Casey est dans Boomerang. 

Le Centre Pompidou lui donnera carte blanche le 25 novembre dans le cadre du Festival  Les femmes s'en mêlent.

Publicité

Extraits de l'entretien

"Si on suit la voie toute tracée, à savoir prendre les coups sans rétorquer, à priori tout se passe bien en France"

"Ce qui m’intéresse dans la musique, c’est de raconter une expérience. Tant mieux si ça dérange. Le malaise, ça fait réfléchir."

"On est tous des stéréotypes: les journalistes, les avocats, etc. Le seul stéréotype qu’on est en capacité de voir c’est souvent celui du rappeur: les chaînes en or, les filles toutes nues, les grosses voitures, etc."

"Apprends à écrire ou apprends à t'taire’, c’est une pichenette. Entre rappeur, on aime bien se mettre des petits coups de genoux. C’est pareil pour ‘Batard’, adressé aux rockeurs"

"Culturellement, la France est un pays rock. C’est la seule musique qui est épargnée par toutes les critiques. Mais le rock ne dit plus grand chose aujourd’hui. Le rap a gagné, on a gagné !"

"Il y a une forme de littérature dans le rap, qui échappe à beaucoup parce qu’on croit que la culture française, ce n’est que les textes de chansonniers. Mais la France n’est pas faite que de culture typiquement française."

"Les martiniquais sont des descendants d’esclaves. On sait la part que les arts, et notamment la musique, ont eu dans le fait de résister et de tenir debout. Le jazz, le reggae, le gwoka, le bèlè, ce sont des musiques de résistance et de survie."

"Je ne suis ni vraiment une meuf ni vraiment un gars, donc je suis déjà une anomalie dans mon propre milieu. En tant que noire et venant d’un quartier, je suis une anomalie dans certains endroits, comme la maison de la radio."

"Le rock est né dans un champ de coton. C’est Chuck Berry, Jimi Hendrix, ce sont des noirs qui ont connu la ségrégation."

Carte blanche 

Pour sa carte blanche, Casey a choisi de lire "rêves illimités" 

Programmation musicale

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

AUSGANG - CHUCK BERRY

Références

L'équipe

Augustin Trapenard
Augustin Trapenard
Lola Costantini
Réalisation
Géro Imbert
Stagiaire
Pierre Martinerie
Coordination