Antoine Wauters en septembre 2018 à Manosque
Antoine Wauters en septembre 2018 à Manosque ©AFP - JOEL SAGET
Antoine Wauters en septembre 2018 à Manosque ©AFP - JOEL SAGET
Antoine Wauters en septembre 2018 à Manosque ©AFP - JOEL SAGET
Publicité

Il est romancier et son dernier roman, "Mahmoud ou la montée des eaux", a été distingué par le très chic prix Wepler- Fondation La poste. Antoine Wauters est l'invité d'Augustin Trapenard.

Dans Mahmoud ou la montée des eaux (Verdier), ce livre entièrement écrit en vers libres, il s’est glissé dans la voix d’un poète syrien qui nous raconte l’histoire de son pays depuis la rive et les profondeurs du lac El Assad. Un texte qui défie l’inhumanité et la froideur des chiffres et des flash infos. Antoine Wauters est dans Boomerang

Extraits 

"Le vivant, on l’a piétiné, détruit. Partout où il passe, l’homme a besoin de planter le drapeau de sa ridicule présence. Mais je crois qu’on en a marre de ces rapports de domination."

Publicité

"La poésie syrienne crée beaucoup d’effets avec peu de moyen. Elle se tient à hauteur des choses. Par exemple, elle voit le reflet de la lune dans un plat de concombres."

"Ecrire, c’est ressentir tout le silence qu’il y a dans la littérature. Ce n’est pas un silence pauvre, c’est un silence qui contient toute notre humanité."

"Est-ce qu’un jeune auteur peut se mettre dans la peau d’un vieux poète Syrien? Ma réponse est oui. Si je ne peux plus écrire qu’avec mon registre d’état civil, j’arrête."

"La littérature, c’est poursuivre un dialogue avec ceux qui ne sont plus là. C’est tendre un fil vers l’invisible."   

Carte blanche

Pour sa carte blanche, Antoine Wauters a écrit un texte inédit.

Programmation musicale

  • SAPHO – Est-ce ainsi que les hommes vivent ?
  • ROSALIA  - La Fama