Le comédien Denis Podalydès
Le comédien Denis Podalydès ©AFP - LOIC VENANCE
Le comédien Denis Podalydès ©AFP - LOIC VENANCE
Le comédien Denis Podalydès ©AFP - LOIC VENANCE
Publicité

Comédien, sociétaire de la comédie Française, mais aussi metteur en scène et écrivain, il vient de faire paraitre "Les nuits d’amour sont transparentes". Denis Podalydès est l'invité d'Augustin Trapenard.

Avec
  • Denis Podalydès Acteur, metteur en scène, scénariste et écrivain français, sociétaire de la Comédie-Française

Dans " Les nuits d'amour sont transparentes", son journal de bord, il relate la naissance du spectacle "La nuit des rois" de Shakespeare, mis en scène il y a trois ans par Thomas Ostermeier. Un récit de coulisse dans lequel il se livre comme jamais. Denis Podalydès est dans Boomerang.

Extraits de l'entretien

Le théâtre à l'époque de Shakespeare supposait une confiance dans le langage, une confiance qu'on n'a plus. Comment vous entendez-vous cette phrase ?

Publicité

"C'est vrai que le théâtre au siècle de Shakespeare, c'est une forme assez nouvelle. Depuis l'Antiquité, il n'y a pas vraiment eu de théâtre. Et soudain, des artistes au milieu des bateleurs, ou des jongleurs, des dresseurs d'ours se mettent à dire des textes composés par d'autres. Et alors là, ça stupéfie tout le monde. 

Les acteurs qui m'ont souvent marqué ce sont ceux qui dressaient devant nous les pages d'un texte, comme si c'était quelque chose de tangible. Comme si c'était quelque chose qu'on finissait même par voir."

En fonction des pays et des époques, on n'incarne pas les mots de la même façon. Tout dépend du style de jeu en vigueur. Aujourd'hui, par exemple au théâtre Français dont vous êtes sociétaire, quel est le style de jeu en vigueur ?

"Je me suis beaucoup interrogé là-dessus. D'abord par inquiétude. Est-ce que je fais partie d'une école révolue, ou d'une école qui a une certaine pertinence encore dans le présent ? J'ai vu le niveau de voix des acteurs changer dans les 25 dernières années. Je crois qu'on parlait beaucoup plus fort. Il y avait toujours, notamment à la Comédie-Française, une sorte d'éthique du comédien où le comédien parle avec une voix large qui porte dans la salle." 

Ça veut dire qu'on va vers plus de simplicité aujourd'hui ?

"Il me semble. Le théâtre allemand nous a beaucoup influencé. Notamment, les professeurs que j'ai eus, de Jean-Pierre Vincent à Chéreau, ont été influencés par un théâtre allemand issu de Brecht, où le jeu était très épuré avec peu de gestes. Limiter aussi les décibels de façon à ce que le sens soit premier à ce que le texte ne soit pas surligné par la voix du comédien."

Qu'est-ce que le naturel pour un acteur ? 

"C'est la grande question. Je pense, que le naturel est une sorte d'adéquation entre soi. Un metteur en scène, un texte, une langue. Quelque chose qui vous qui donne le sentiment non seulement d'une aisance, mais pas d'une aisance forcément virtuose, d'une simplicité, d'une clarté de jeu."

Dans La nuit des rois, une pièce majeure de Shakespeare, vous y jouer le rôle du duc Orsini et Thomas Ostermeier a voulu que vous soyez en string avec une ceinture en cuir. 

"La costumière, Nina Veltz m'a dit : "Thomas et moi, nous aimerions beaucoup que tu sois en string. Ça ne te pose pas de problème?" C'est la confiance en même temps dans laquelle j'étais. Les exercices qu'on a fait tous ensemble ont fait que très vite, je pouvais me promener au milieu de mes camarades en string, bedaine à l'air quasiment, les bourses moins visibles."

Que devient votre corps dès l'instant où vous incarnez un personnage ?

"Qu'il soit quasiment nu, finalement, il est habillé. 

Il est revêtu d'une mise en scène. Il est revêtu d'une histoire. Et les mots l'habillent.

Au bout d'un moment, on ne perçoit pas forcément un homme ou une femme dénudée, mais on le perçoit [le corps] pris dans la trame d'un texte, d'une histoire, d'une poésie. Tout ça crée un habillage. On n'est pas dans la la nudité pornographique."

Aujourd'hui, écrire, quel sens ça a ? Est-ce que pour vous qui rêviez d'être écrivain et dramaturge ? Qui publierait dans la Pléiade ? 

"Aujourd'hui, j'aime écrire en tant qu'acteur. Quand je joue un grand texte, j'ai la sensation d'essayer, comme si je voulais l'écrire, comme si j'étais en train de le réécrire."

Dans quelle mesure être comédien, c'est aussi souvent se couper du reste du monde, se couper de la vie ? 

"Le temps des répétitions est un temps qui me frappe. Le fait de répéter, c'est recommencer. Redire suspend le temps, arrête le temps d'une certaine manière. Chaque jour, on revient sur la même chose, on revient sur la même scène, on revient sur les mêmes mots, on ressasse et la vie en même temps continue. Et je crois que c'est arrivé à beaucoup d'acteurs. Soudain, on commence à jouer la pièce et on s'arrête et là, toute la vie qui s'est écoulée dans notre dos, nous revient en pleine figure et on a l'impression qu'on a manqué à tout ça."

Est-ce que travailler un rôle, ça fait toujours ressurgir des fantômes ? 

"Ah oui, le théâtre a à avoir avec les fantômes. Avec Shakespeare, on est servi. Quand je suis entré à la Comédie-Française, c'est la première chose qui m'a frappé. Je suis devenu le 505ème sociétaire, j'avais un projet avec 500 personnes qui me séparaient de La Grange, qui était un homme du XVIIe siècle.

Donc, soudain, tous ceux qui m'avaient précédé étaient quasiment présents. C'est une sensation très forte, difficile à décrire, et que ressentent les acteurs de la Comédie-Française. On est précédés et il y a ceux qui vont nous suivre aussi. Moi aussi, je sens l'âge venir et je sens que je suis petit à petit aussi poussé vers la sortie. Il y a d'autres rôles, d'autres acteurs qui vont jouer aussi les rôles que j'ai joué."

Carte blanche

Pour sa carte blanche, Denis Podalydès a choisi de lire un texte extrait des Rêveries du promeneur solitaire de Rousseau.  

Programmation musicale

THE FANTASTIC FOUR – THE WHOLE WORLD IS A STAGE

FEU !CHATTERTON – COMPAGNONS

Ça peut pas faire de mal
47 min

Programmation musicale

  • 09h26
    The whole world is a stage
    The whole world is a stage
    THE FANTASTIC FOUR
    The whole world is a stage

    Album Best of the fantastic four (1969)
  • 09h38
    Compagnons
    Compagnons
    Feu! Chatterton
    Compagnons
    Album Palais d'argile (2021)
    Label UNIVERSAL MUSIC DIVISION CAROLINE

L'équipe