Marthe Keller à Berlin en février 2020 ©Maxppp - RONALD WITTEK
Marthe Keller à Berlin en février 2020 ©Maxppp - RONALD WITTEK
Marthe Keller à Berlin en février 2020 ©Maxppp - RONALD WITTEK
Publicité
Résumé

Révélée en France par la série "La demoiselle d’Avignon" et par le cinéma de Philippe de Broca, elle est l’actrice de "Fedora", film culte de Billy Wilder. Marthe Keller est l'invitée d'Augustin Trapenard.

avec :

Marthe Keller (Actrice).

En savoir plus

Elle est la plus internationale des Suissesses ! Actrice de Fedora, film culte de Billy Wilder, et a joué chez Clint Eastwood, Sydney Pollack, John Schlesinger ou Barbet Schroeder. Dans Petite Sœur de Stéphanie Chuat et Véronique Reymond, actuellement à l’affiche, elle joue le rôle d’une mère borderline, dépassée par le cancer de son fils. Marthe Keller est dans Boomerang. 

Tout ce qui m'est arrivé, c'était par accident

Publicité

Tout au long de sa carrière, Marthe Keller à croiser quelque uns des plus grand réalisateurs du cinéma mondial. Elle se souvient de sa rencontre avec Billy Wilder. Elle habite alors à Los Angeles et est invité à un dîner avec le gratin d'Hollywood, dont le réalisateur. Son agent de l'époque lui dit en substance, "il faut que tu mettes le paquet". ça a marché, puisque quelques semaines plus tard, Wilder lui propose le rôle de Fedora.

Billy Wilder est venu chez moi, à New York, à la maison, avec le scénario sous le bras. Et après, on s'est fâché pour mille raisons. Mais ce n'est pas grave. C'est un génie absolu.

Billy Wilder avait la réputation d'un metteur en scène peu commode : "C'est un souvenir un peu douloureux parce que je savais que j'étais en face d'un génie. C'est un metteur en scène qui m'avait tellement ébloui par tout ce qu'il avait fait. Mais même si on est un génie, on peut être aussi très, très dur. On ne pouvait pas être libre chez Wilder. Chaque virgule, il fallait la respecter. Chaque geste, chaque indication."

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Une actrice libre

"Je crois que quand on veut trop, on n'a rien. Et moi, comme encore une fois, ce que je voulais vraiment, c'est être danseuse. Et comme le reste est venu vraiment par hasard, par accident, j'ai tellement pas de plan de carrière. Si je suis devenue actrice, c'est un accident. Si je suis venu en France, c'était aussi un accident parce que je ne pouvais plus repartir, parce que c'était mai 68. Jje me suis 'Bon c'est comme ça alors je reste'. Tout est venu sans calcul." 

J'aime bien, encore une fois pour revenir au désir, que le désir vienne de l'autre, pas de moi. 

"La liberté c'est primordial. Je ne peux pas ne pas être libre. Je suis tellement indépendante que dépend presque de mon indépendance. Pour moi, par exemple, gagner de l'argent, ce n'est pas pour acheter une Porsche, c'est pour dire non à des choses que je n'ai pas envie de faire. C'est ça la liberté. "

Carte blanche

Pour sa carte blanche Marthe Keller a choisi de lire un poème de Pablo Neruda.

Programmation musicale

  • Leonard Cohen – Hey that's no way to say goodbye
  • Bernard Lavilliers – Le coeur du monde
Références

Programmation musicale

L'équipe

Augustin Trapenard
Augustin Trapenard
Lola Costantini
Réalisation
Géro Imbert
Stagiaire
Pierre Martinerie
Coordination