La cinéaste Céline Sciamma en septembre 2019 au Canada ©Getty -  V E Anderson/WireImage
La cinéaste Céline Sciamma en septembre 2019 au Canada ©Getty - V E Anderson/WireImage
La cinéaste Céline Sciamma en septembre 2019 au Canada ©Getty - V E Anderson/WireImage
Publicité
Résumé

Deux ans après le succès de son "Portrait de la jeune fille en feu", qui lui valait le prix du scénario à Cannes, on attendait avec impatience, son prochain film. "Petite Maman", son cinquième long, sort mercredi. Un conte troublant, magique et joyeux. Céline Sciamma est l'invitée d'Augustin Trapenard.

avec :

Céline Sciamma (Scénariste et réalisatrice).

En savoir plus

Depuis Naissance des Pieuvres, elle s'est imposée comme l'une des cinéastes les plus singulières de sa génération. Petite Maman, en salle mercredi 2 juin, c’est l’histoire d’une amitié entre une petite fille et sa mère redevenue enfant. Un conte troublant, magique et joyeux, quelque part entre Cria Cuervos et Retour vers le futur. On parle de nouveaux récits, de langage et d'enfance avec Céline Sciamma, dans Boomerang. 

Extraits de l'entretien

"J'ai mis du temps à me sortir de certaines injonctions de récits. Avec Petite Maman, j'ai pris un vrai risque narratif en jouant avec le temps, sans machine à remonter le temps. Je voulais créer la possibilité d'un temps partagé"

Publicité

"L'enjeu des imaginaires est capital. On porte en nous des idées radioactives, qui ouvrent ensuite des perspectives nouvelles de récits et de fictions, pour créer de nouveaux mythes"

"Ce qui me bouleverse le plus au cinéma, c'est le mystère du rapport entre une image intime et l'imaginaire collectif. Comment une image qu'on a fabriquée dans notre intimité se charge d'un coup d'une puissance collective...

"Le regard d'un enfant est d'un engagement total, d'une profondeur gigantesque. C'est un regard à la fois dépendant, et chargé de responsabilité, d'inquiétude, de solidarité. C'est tout ça qui m'intéresse dans le fait de filmer des enfants"

"Je suis obsédée par l'énergie d'un film une fois qu'on le dépose dans le monde : comment il va etre utilisé, transformé. J'y crois vraiment à cette puissance du cinéma, parce que je l'ai vécu avec la réception du Portrait de la jeune fille en feu"

"La force d'une image de cinéma vient je crois de l'amour et du soin qu'il y a dedans. Ca se sent quand ça compte, quand il y a des couches de décisions qui chargent les images d'émotion et de sens"

"Je veux déposer les images aux spectateurs comme des fétiches. Je veux créer des images qu'on peut habiter"

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Programmation musicale

  • AMY WINEHOUSE - Love is losing game
Références

L'équipe

Augustin Trapenard
Augustin Trapenard
Anouk Roche
Collaboration
Lola Costantini
Réalisation
Perrine Malinge
Coordination
Léonard Billot
Journaliste
Pierre Daymé
Journaliste