Gérard Mordillat le poing levé

Gérard Mordillat
Gérard Mordillat ©AFP - Joël Saget
Gérard Mordillat ©AFP - Joël Saget
Gérard Mordillat ©AFP - Joël Saget
Publicité

Il est cinéaste, romancier mais aussi journaliste. Son nouveau roman, "Ces femmes-là", vient de paraître aux éditions Albin Michel. Un livre Orwellien d’une étrange actualité sur le pouvoir et les incertitudes d’une action collective. Gérard Mordillat est l'invité d'Augustin Trapenard.

Avec

Il est romancier et cinéaste. Son oeuvre, ancrée à gauche, s'intéresse à la force du collectif. Dans " Ces femmes là", il nous propulse dans une France aux mains d'un état fasciste et au bord de la guerre civile. On parle de journalisme, de gauche, de Cesare Battisti et de féminin, avec Gérard Mordillat.  

Extraits de l'entretien avec Gérard Mordillat

Dans le meilleur des cas, un journaliste doit savoir dire le réel. '

Publicité

Quand la violence s'attaque aux biens, elle reste superficielle. La vraie violence est la violence sociale.

La fortune des grandes entreprises repose aussi sur des licenciements.

La rue c'est le lieu du peuple. C'est l'endroit où l'on s'assemble quand il n'y a plus aucun endroit pour s'assembler.

Le glissement qui va du libéralisme, à l'ultra-libéralisme conduit à un nouveau fascisme. Je suis un écrivain réaliste.

Carte blanche

Pour sa carte blanche, Gérard Mordillat a écrit un texte inédit. 

Programmation musicale

Neneh Cherry - "Woman" 

Christine & The Queens - "Five dolls" 

Programmation musicale

L'équipe