Simone Schwarz-Bart en 2019 ©AFP - ULF ANDERSEN / Aurimages
Simone Schwarz-Bart en 2019 ©AFP - ULF ANDERSEN / Aurimages
Simone Schwarz-Bart en 2019 ©AFP - ULF ANDERSEN / Aurimages
Publicité
Résumé

C’est une des grandes voix de la scène littéraire antillaise. Avec son mari, André Schwarz-Bart, disparu il y a quinze ans, ils ont composé une œuvre à quatre mains, pétrie d’humanisme, de métissage et de mémoire. Elle sera, dès samedi, l’invitée du festival Étonnants Voyageurs. Simone Schwarz-Bart est dans Boomerang.

avec :

Simone Schwarz-Bart (Ecrivain).

En savoir plus

Avec Pluie et vent sur Télumé Miracle, elle s'est imposée comme l'une des grandes voix de la littérature caribéenne. En 1988, paraissait Hommage à la femme noire, héroïne de l'esclavage, co-écrit avec André Schwarz-Bart, son mari et compagnon d'écriture - un ouvrage avant-gardiste, qui vient d'être réédité. Cette année, elle participera à la 30ème édition du Festival Etonnants Voyageurs. On parle de mémoire, de métissage, mais aussi de voix, de femme et de Michel Le Bris, avec Simone Schwarz Bart, dans Boomerang. 

Extraits de l'entretien 

À réécouter : La mûlatresse Solitude
4 min

Simone Schwarz Bart : 

Publicité

"Pour garder la mémoire, il faut d'abord la recueillir. Nous, les afro-descendants, étions démunis après l'esclavage : personne ne parlait. Alors nous avons recueilli nous-même les histoires de l'esclavage." 

"Dans ma famille en Guadeloupe, on ne parlait pas de l'esclavage, parce que nous cachons la douleur. Nous la transformons par des contes, des chants, des danses... C'est ce qui m'a donné l'envie d'écrire"

"Quand j'ai rencontré André, son histoire avec la Shoah a fait résonner mon histoire avec l'esclavage. La manière dont André gardait ses morts derrière ses yeux m'a montré que moi aussi je devais m'adosser aux morts de mon histoire"

"Je n'aurais jamais pensé devoir débattre aussi longtemps de l'esclavage : je pensais qu'on avait enjambé l'ombre et l'ennui, mais non, ça revient tout le temps. C'est un thème récurrent avec lequel l'humanité devra toujours traiter"

"Ma conscience féministe s'est éveillée en voyant les souffrances des femmes autour de moi. Elles étaient humiliées, n'arrivaient pas à décoller de la terre alors qu'elles portaient le monde sur leurs épaules."

"Je suis une femme libre avec mes deux seins, comme on dit en Guadeloupe. La liberté se conquiert : c'est une manière d'imposer aux autres ce qu'on est, et d'accepter ce qu'ils sont. La liberté est un échange."

Carte blanche

Pour sa carte blanche, Simone Schwarz-Bart a écrit un texte inédit. 

Programmation musicale

  • THE TYRANNIES – SHE S A QUEEN
  • DELGRES – ASSEZ ASSEZ
Références

Programmation musicale

L'équipe

Augustin Trapenard
Augustin Trapenard
Anouk Roche
Collaboration
Lola Costantini
Réalisation
Perrine Malinge
Coordination
Léonard Billot
Journaliste
Pierre Daymé
Journaliste