Ivo Van Hove en 2018 ©AFP - Boris HORVAT
Ivo Van Hove en 2018 ©AFP - Boris HORVAT
Ivo Van Hove en 2018 ©AFP - Boris HORVAT
Publicité
Résumé

Reconnu dans le monde entier, il est l’un des grands noms du théâtre contemporain. En une quarantaine d’années, il a exploré les langues de Sophocle, Euripide, Shakespeare, Pinter, Kushner et bien d’autres encore. "La ménagerie de verre", sa dernière mise en scène, reprend à l'Odéon ! Ivo Van Hove est dans Boomerang.

avec :

Ivo Van Hove (Auteur dramatique néerlandais).

En savoir plus

On se souvient de son impressionnante variation sur Les Damnés de Visconti avec les acteurs de la Comédie Française, et avec laquelle il ouvrait la 70ème édition du Festival d’Avignon. 

C’est à un grand classique du répertoire américain qu’il redonne vie, dès demain, au Théâtre de l’Odéon, La ménagerie de verre de Tennesse Williams, un huis clos familial, angoissé et fantomatique .

Publicité

Extraits de l'entretien 

"On va au théâtre pour vivre des choses qu'on ne vit pas dans sa vie. Il y a des choses cruelles en chacun de nous, qu'il faut expurger. On appelle ça la catharsis : quelque chose se passe, hors de toute rationalité".

Le théâtre est une histoire d'humains : ce sont des corps qui parlent. Et c'est aussi toujours un élargissement des émotions

"L'urgence est très importante dans ma vision de l'art. Un artiste est quelqu'un qui a une urgence d'exprimer ce qu'il pense du monde et des autres. Cette urgence, c'est aussi ce qui fait que le public ne s'ennuie pas".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

"J'aime le théâtre américain d'Arthur Miller, de Tennessee Williams... Ils parlent toujours des tensions entre l'individu et la société. C'est la version américaine de la tragédie grecque: comment être soi-même dans une société qui veut qu'on s'adapte ?"

"Le désir est la chose la plus belle et la plus affreuse. C'est toujours une anticipation, puis une déception. Pour moi, le meilleur metteur en scène du désir est le cinéaste Wong Kar Wai, qui représente des désirs très puissants".

"L'esprit punk, le ''fuck you'' a vraiment imprégné la scène belge des années 80. On refusait de jouer dans des théâtres, alors on allait dans des halls. C'est vraiment dans mon ADN. Je ne fais jamais ce que le public veut que je fasse".

Programmation musicale

David Bowie - Heroes

Laura Cahen – La jetée

Références

L'équipe

Augustin Trapenard
Augustin Trapenard
Anouk Roche
Collaboration
Lola Costantini
Réalisation
Perrine Malinge
Coordination
Léonard Billot
Journaliste
Pierre Daymé
Journaliste