Jennifer Cardini au Nuits Sonores Festival, Lyon, 2018
Jennifer Cardini au Nuits Sonores Festival, Lyon, 2018
Jennifer Cardini au Nuits Sonores Festival, Lyon, 2018 ©Maxppp - Philippe JUSTE
Jennifer Cardini au Nuits Sonores Festival, Lyon, 2018 ©Maxppp - Philippe JUSTE
Jennifer Cardini au Nuits Sonores Festival, Lyon, 2018 ©Maxppp - Philippe JUSTE
Publicité
Résumé

Papesse du son et de la fête, bonne fée de l’électro, dont elle défend les couleurs sur ses labels Correspondant et Dischi Autunno, elle est l’une de nos DJ les plus respectées. Elle sera demain soir, en direct de la Gaité Lyrique, pour un set inédit. Jennifer Cardini est l'invitée d'Augustin Trapenard.

avec :

Jennifer Cardini (musicienne, DJ de musiques électroniques).

En savoir plus

Dans un milieu pourtant très masculin, elle est l'une des rares femmes à s'être imposée en tant que DJ et grand nom de la scène électro. Révélée au milieu des années 90, aux côtés de l'iconique Sextoy, elle a fait les grandes heures du Pulp, lieu mythique de la nuit lesbienne. Découvreuse de talents, productrice, elle fera paraitre, le 7 mai prochain, une double compilation Uno & Due, sur son label Dischi Autunno. Elle sera demain soir à la Gaité lyrique, pour un set exceptionnel, retransmis en direct. Jennifer Cardini est dans Boomerang

Extraits de l'entretien

"A 17 ans je suis allée à ma première rave à Cannes, c'était dans les années 1990. J'ai ressenti une vague énorme. J'étais avec des gens qui me ressemblaient, qui m'acceptaient.  Avec le clubbing j'ai trouvé une famille."

Publicité

"On a une image de la nuit pleine de stéréotypes. Mais il y a une vraie culture clubbing qui existe : c'est une expérience sociale, c'est être ensemble. Cette culture est très présente en Allemagne, mais beaucoup moins reconnue en France."

"On sous-estime l'importance du dancefloor. Moi par exemple, ça m'a aidée à faire mon coming-out ! Je pense à tous les ados qui grandissent dans un environnement toxique... La nuit peut être un lieu d'épanouissement." 

"Le dancefloor est un lieu thérapeutique : tu pleures, tu cries, t'es heureux. L'essence du clubbing, c'est de se sentir libre."

"Le Pulp c'était un lieu génial, avec une énergie très spéciale. C'était une photo de ce que la société pouvait être : il y avait tous les âges, toutes les classes sociales, tous les genres et toutes les orientations sexuelles, et ça fonctionnait !

"La house italienne est pas mal présente dans ma musique. C'est très mélodique, avec beaucoup d'arpegios, des effet de nappes, et c'est pas très rapide. Mais en quatre heures de mix, je passe de tous les styles, je voyage"

"La musique électro est politique, le mouvement rave et des free-party est politique ! Ca a toujours été synonyme du refus de vivre une vie conventionnelle"

"Quand je fais un remix, je demande toutes les pistes séparées du morceau, et je les retravaille. Donc je ré-arrange, je rajoute des rythmes et des mélodies, pour en donner une version personnelle.  C'est un vrai travail de création."

Programmation musicale

  • BRONSKI BEAT - SMALL TOWN BOY
  • CHRISTOPHE - PARADIS PERDUS
Références

Programmation musicale

  • 09h26
    Small town boy
    Small town boy
    BRONSKI BEAT
    Small town boy

    Interprètes BRONSKI BEAT

    Album The age of consent
    Label FORBIDDEN FR
  • 09h37
    Les paradis Perdus (1973)
    Les paradis Perdus (1973)
    CHRISTOPHE
    Les paradis Perdus (1973)

    Interprètes CHRISTOPHE

    Album Best Of
    Label Dreyfus (FDM 46050361762)

L'équipe

Augustin Trapenard
Augustin Trapenard
Anouk Roche
Collaboration
Lola Costantini
Réalisation
Perrine Malinge
Coordination
Léonard Billot
Journaliste
Pierre Daymé
Journaliste